Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2008 3 20 /02 /février /2008 16:56

Choses promises, choses dues ! Dans un commentaire laissé sur mon précédent article sur Bollywood j'avais sous-entendu que viendrait prochainement un article de complément d'un grand avisé du genre sur Allociné, j'ai nommé DanielOceanAndCo ! Eh bien le jour prochain est désormais arrivé ! Ainsi, j'espère que les courageux explorateurs du cinéma indien trouveront ici de nouveaux sentiers pour leurs aventures. Chose qui me tenait à cœur aussi, c'est le fait que cet article additionnel va aussi élargir nos horizons au-delà de Bollywood. En effet, pour ceux qui ont bien suivi depuis le tout début, le cinéma indien ne se limite pas au cinéma dit « Bollywood » (en provenance de Bombay) mais est au contraire riche de plusieurs mouvances régionales. Or, l'ami Daniel Ocean s'avère être un bon connaisseur du cinéma tamoul, aussi traditionnellement appelé Kollywood. Je pense donc qu'après cette triade d'articles destinée à vous faire découvrir le cinéma indien, vous serez à même de partir à la découverte, ou bien à la redécouverte, de ce cinéma chatoyant en provenance du sous-continent. Pour les insatiables, il vous restera toujours le blog de celui qui a rédigé cet article et que je ne remercierai jamais assez. Bonne lecture donc, et n'hésitez pas à nous faire connaître vos éventuelles perles en la matière qui auraient échappé à cet article.

                                                                                               Servilement vôtre, Startouffe.

.

.

                          LES FILMS HINDIS

                                                    (...Bollywood pour les intimes)

.

.

Quelques autres films à découvrir...

.

 Black de Sanjay Leela Bhansali.

.

Message pour toi Startouffe : malgré le fait qu'il n'y a pas de chansons ni de danses, Black est bien considéré comme un Bollywood ! On peut donc le rajouter dans la liste de film à voir !

.

.

.

 Hum Dil de Chuke Sanam de Sanjay Leela Bhansali.

.

Malgré l'interprétation catastrophique et affligeante de Salman Khan, l'un des pires acteurs hindis, le second film du réalisateur de Devdas est un très beau film qui aborde une nouvelle fois le thème du triangle amoureux mais qui, à l'instar de Mouna Raagam de Mani Ratnam, développe la relation conjugale et tourmentée d ‘Aishwarya Rai et Ajay Devgan. A noter, une bonne bande originale et quelques numéros de danses qui sont entrés dans la légende.

.

Petite mise en bouche : Nimbooda

.

                  

.

.

 Chalte Chalte d'Aziz Mirza.

.

Bien que je ne sois pas vraiment fan de Chalte Chalte, je le mets quand même dans la liste des films hindis susceptibles d'être découvert, mais mieux vaut ne pas commencer par celui-là, au risque d'avoir une fausse image de Bollywood, car s'il est loin d'être le pire film hindi, il n'est pas transcendant non plus, il s'agit d'un vague remake de Alai Payuthey de Mani Ratnam. Points positifs : Rani est belle, Shah Rukh fait le show, et certaines chansons sont excellentes.

.

Petite mise en bouche : Dagariya Chalo

.

.

.

 Bunty aur Babli de Shaad Ali.

.

Fan, de Bunty aur Babli aussi je ne le suis pas. Le film alterne entre bon et nettement moins bon (faiblesse de rythme notamment, ce qui est rare à Bollywood). Cela dit, la confrontation Bachchan père et fils vaut à elle seule le détour, la belle Rani toujours là pour assurer question charme, et la sensuelle apparition de Aishwarya Rai.

.

Petite mise en bouche : Kajra Re

.

          

.

.

Les déceptions...

.

 Kabhi Alvida Naa Kehna de Karan Johar.

.

Réalisateur ô combien talentueux de Kuch Kuch Hota Hai et Kabhi Khushi Kabhie Gham et scénariste de l'excellent Kal Ho Naa Ho, Karan Johar nous revient avec Kabhi Alvida Naa Kehna sorti sur les écrans indiens en septembre 2006. Et après 3h de projection, c'est la déception qui prime, non seulement Karan Johar semble avoir perdu la sincérité qui faisait le charme et la réussite de ses deux premières réalisations, mais en plus, il a perdu son talent scénaristique : un sentiment de bâclé nous envahi du début à la fin. A cela, faut ajouter des comédiens à côté de leur plaque et une bande-son très moyenne, sauf un ou deux morceaux.

.

Petite mise en bouche : Rock N' Roll Soniye

.

.

.

 Saathiya de Shaad Ali.

.

Remake hindi du chef d'œuvre tamoul Alai Payuthey de Mani Ratnam, cette version n'était vraiment pas nécessaire : en effet, la réussite du film original venait de son ton très réaliste, que ce soit dans la réalisation ou dans l'interprétation des comédiens. Dans Saathiya, le traitement est définitivement trop superficiel pour mettre en relief l'intensité du récit. Par contre, la bande originale est magnifique, A.R. Rahman ayant réenregistré les chansons en hindi. A la limite si on n'a pas vu l'original.

.

Petite mise en bouche : Saathiya

.

         

.

.

 Paheli d'Amol Palekar.

.

Ce film est loin d'être mauvais, cela dit, je le mets quand même dans la liste des déceptions. L'histoire est sympathique : un fantôme amoureux prend l'apparence du mari d'une femme délaissée, mais le film qui dure 2h15 est nettement moins bien rythmé que certains films de 3h et plus et c'est bien là sa plus grande faiblesse. Shah Rukh Khan et Rani Mukherjee sont très bons et l'apparition de Amitabh Bachchan est assez savoureuse. C'est vous qui voyez. Quant à la musique, elle ne m'a pas marqué plus que ça.

.

.

.

 Chori Chori Chupke Chupke de Abbas & Mastan Alibhai Burmawalla.

.

Peut être l'un des films les plus scandaleux en provenance de l'Inde qui m'ait été donné de voir. L'histoire : un homme dont la femme est devenue stérile après un accident et qui veut, par tradition, avoir un enfant naturel s'offre les services d'une prostituée pour jouer les mères porteuses… A l'heure où l'Inde subit de grands changements culturels (probablement les plus importants de son Histoire), ce film sonne comme un retour à des valeurs ancestrales qui n'ont plus lieu d'être aujourd'hui.

.

Petite mise en bouche : Number One Punjabi

.

                       

.

.

 Dhoom : 2 de Sanjay Gadhvi.

.

Mélange de tous les films de voleurs high-tech made in USA, Dhoom :2 pille sans se prendre la tête des films de valeurs assez inégales : Heat, Mission : Impossible 2, Haute Voltige ou Torque la route s'enflamme, pour un résultat affligeant de stupidité, couronné par l'interprétation d'Aishwarya Rai qui plus elle se maquille, moins belle elle est, et Uday Chopra, la tête à claques de Bollywood. Passez votre chemin, et sans regrets !!

.

.

.

Vers un cinéma plus sérieux...

.

Bollywood, ce n'est pas que des drames sentimentaux de trois heures entrecoupés de six chansons mises en scène dans des décors fastueux avec un happy end de rigueur, c'est aussi un cinéma qui aborde des thèmes beaucoup plus sérieux. Sous l'influence d'autres cinématographies indiennes (tamoule, malayalam et bengalie entre autres) où le cinéma local trouve l'équilibre parfait entre cinéma d'auteur et cinéma commercial, les metteurs en scène et producteurs hindi ont commencé depuis quelques années à mettre en œuvre des films plus sérieux. Le succès de Lagaan en 2001, premier film qui aborde un aspect historique de l'Inde depuis les années 60, a ouvert une brèche que des réalisateurs de talents se sont empressés d'exploiter. Voici une petite liste de films :

.

 Fanaa de Kunal Kohl.

.

Fanaa, qui signifie annihilation en arabe et destruction ou détruit par amour en ourdou (langue officielle du Pakistan), est une histoire d'amour sur fond de terrorisme. Ce troisième film de Kunal Kohli (après Mujhse dosti karoge ! et Hum Tum, deux comédies romantiques dans la plus pure tradition "Bollywood") se distingue très nettement de ses précédentes réalisations. Si le thème principal est l'histoire d'amour entre Kajol et Aamir Khan, le contexte est quant à lui beaucoup plus sérieux, et ceci est la preuve d'un changement significatif dans la façon dont les films sont désormais faits à Bombay (on pourrait également citer Rang de Basanti ou Mangal Pandey).

.

Petite mise en bouche : Chaand Sifarish

.

.

.

 Rang de Basanti de Rakesh Omprakash Mehra.

.

“I always believed there were two kinds of men in this world. Men who go to their deaths screaming, and men who go to their deaths in silence. Then I met the third kind”. Cette phrase résume à elle seule Rang de Basanti qui raconte l'histoire d'une jeune Anglaise, petite fille d'un soldat qui côtoya les freedom fighters, qui part en Inde tourner un documentaire sur les freedom fighters en question. Elle rencontre alors Aamir Khan et sa bande et les convainc de les interpréter. Lorsque leur ami pilote dans l'armée de l'Air meurt en mission, ils ne croient pas à la thèse de l'accident et décide de se venger. Tel est le point de départ de ce film à la fois sobre et émouvant, superbement interprété et réalisé, mis en musique par un A.R. Rahman très inspiré. Un film fort et puissant.

.

.

.

 Swades d'Ashutosh Gowariker.

.

Le réalisateur de Lagaan revient avec ce film qui raconte l'histoire d'un Indien qui travaille à la NASA qui rentre dans son village natal pour revoir celle qui l'a élevé. Là, il prend conscience de tous les problèmes propres à la vie à la campagne aussi bien que ceux de la société indienne en général comme le système de castes qu'il juge injuste. Une œuvre sociale où Shahrukh Khan joue un rôle sérieux (sauf quelques scènes), à la mise en scène très proche de la réalité. Intelligent et passionnant.

.

Petite mise en bouche : Yuhi Chaala.

.

.

.

 The Rising : Ballad of Mangal Pandey de Ketan Mehta.

.

Alors que l'on pouvait craindre une sorte de sous-"Lagaan", "Mangal Pandey" s'est avéré être une excellente surprise. Déjà, si les deux films ont (quasiment) le même contexte historique, ils se démarquent franchement l'un de l'autre de part leur histoire et leur traitement. L'histoire d'un cepoy qui se mutine contre l'oppresseur anglais est passionnante, les comédiens au diapason (Aamir Khan, comme toujours parfait, Rani Mukherjee, magnifique!!), la reconstitution flamboyante, et la musique signée A.R. Rahman, hallucinante (quel talent ce compositeur!!). Un excellent film.

.

Petite mise en bouche : Main Vari Vari

.

.

.

 Shakti : the Power de Krishna Vamshi.

.

Remake hindi d'Anthapuram, drame télougou signé du même réalisateur, Shakti fait malheureusement partie de la catégorie film sérieux raté. L'histoire d'une jeune femme qui, après la mort de son mari lors d'un voyage dans son village natal, tente à tout prix de récupérer son fils des mains de son beau-père tyrannique, aurait pu marqué les esprits si le réalisateur avait éviter d'insérer un élément comique (Shahrukh Khan en l'occurrence) qui gâche le film. Egalement à mettre au discrédit du film, la performance moyenne de Karisma Kapoor. Une déception. Par contre, le film a au moins le mérite d'avoir un des meilleurs passages dansés de Bollywood de ces dernières années.

.

Petite mise en bouche : Ishq Kamina

.

.

.

 Asoka de Santosh Sivan.

.

Même s'il insère un peu de fiction dans l'Histoire officielle, le directeur de la photographie Santosh Shivan signe avec son second film Ashoka the Great une oeuvre passionnante, d'une incroyable beauté visuelle (les plans et la photographie sont magnifiques) et la reconstitution très soignée (décors et costumes impéccables). Côté comédiens, Shah Rukh Khan assure dans le rôle sérieux très complexe et, une fois n'est pas coutume, Kareena Kapoor illumine l'écran. Les seconds rôles sont très bien interprêtés, notamment par la star de Kollywood Ajith Kumar dans le rôle du demi-frère d'Ashoka. A part quelques scènes de comédie un peu déconcertantes, Ashoka peut se vanter d'être un grand film et loin des stéréotypes bollywoodiens qui peuvent insupporter le public occidental. Un film à découvrir donc !!

.

Petite mise en bouche : Raat Ka Nasha Abhi

.

  

.

.

 Dil Se de Mani Ratnam.

.

Premier film hindi de Mani Ratnam, Dil se est le troisième volet de sa trilogie du terrorisme entamée en 1992 avec Roja et poursuivie en 1995 avec Bombay. Trois films et autant de chefs d'œuvre. Echec au box-office indien, célébrissime pour sa bande-originale signée A.R. Rahman qui est entrée dans la légende (en particulier : Chaiyya Chaiyya), Dil se est un film qui créa de vives polémiques sur le fond, magnifique sur la forme (la photographie de Santhosh Sivan absolument magnifique), un film vraiment à part dans la galaxie « Bollywood ».

.

 

.

.

                           Pour découvrir les chefs d'oeuvres de Kollywood...



Partager cet article

Repost 0

commentaires

l'homme-grenouille 18/08/2013 14:43

J'espère que l'ami DaniOceanAndCo lira ton commentaire, car c'est lui l'auteur de ce joli panel. Il m'a justement confié il n'y a pas longtemps qu'il ne reniait toujours pas cette sélection.
J'espère donc que tu trouveras ici ton compte à aller farfouiller auprès des films que tu n'as pas encore vu.

Sinon, pour ce qui est de ta remarque concernant l'absence de Devdas ou de quelques autres classiques, ceci s'explique par le fait que cet article est en fait la suite d'un autre plus ancien où
j'en parlais déjà. Pour éviter les répétition, cet article n'en parle donc pas.

Cela me fait plaisir de constater que de tels articles sont toujours lus, surtout après mes récentes prises de position à leur égard et sur le cinéma indien en général. Revenir sur cet article me
montre aussi qu'il y a encore du boulot de (re)mise en page. Comme quoi. A croire que ce transfert en provenance d'allocine poursuivra ce blog toute sa vie...

arwenclb 17/08/2013 16:57

très beau panel de films hindis, auquel je souscris, forcément.

Les très beaux Faana et Swades sortent évidemment du lot.

A propos, j'observe que tu as omis "Devdas".... pourtant très beau film sur les castes sociales.
A très vite !

Présentation

  • : Le blog de l'homme-grenouille
  • Le blog de l'homme-grenouille
  • : Exilé d'Allociné mais la motivation reste intacte ! Par ce blog j'entends simplement faire valoir notre droit à la libre-expression. Or, en terme d'expression, celle qui est la plus légitime est celle des passions. Moi, je suis passionné de cinéma, et je vous propose ici mon modeste point de vue sur le septième art, en toute modestie et sincérité, loin de la "bien-pensance" mondaine. Puisque ce blog se veut libre, alors lisez librement et commentez librement. Ce blog est à vous...
  • Contact

Recherche