Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2007 6 24 /11 /novembre /2007 09:41

                                               

.

Qu'on m'autorise à un bon gros coup de gueule !

.

Un « article-coup-de-gueule » ? Certes, ce n'est pas dans les habitudes de ce blog de se laisser aller à ce type de démarche. Les articles publiés ici sont plus souvent des invitations à la découverte, voire à la redécouverte, et rarement à des petits pamphlets venimeux contre quelqu'un ou quelque chose. Pourtant, j'avoue qu'il m'est déjà arrivé de me décharger sur ce pauvre cinéma français à quelques reprises. Le but n'était pas de me défouler un bon coup en vilipendant Agnes Jaoui, Claude Miller et consorts (non non ! Je peux le faire tranquillement de chez moi avec des amis ;) ), mais bien d'exprimer une incompréhension pour voir quel pouvait être vraiment l'avis des membres d'Allociné sur la question.

 

Pour ce présent article, par contre, j'avoue que la démarche va être quelque peu différente. Là, oui, il s'agira de se défouler et de crier ma colère contre quelqu'un ou quelque chose (RAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHH !!!!! – Bon… ça, c'est fait…) et d'inciter le plus de personnes possible pour me suivre dans mes hurlements primaires. Donc, si jamais vous vous reconnaissez dans les lignes qui vont suivre, n'hésitez pas une seconde à vous exprimer par un commentaire et à participer à mon entreprise qui vise les vils éditeurs de DVD qui vont suivre…

.

Affiche teaser américaine. Warner Bros.


Alors maintenant, à cette étape de votre lecture, vous devez enfin vous poser cette fatidique question : « mais quel est donc le sujet d'autant d'humeurs ? ». La réponse est simple : il s'agit de s'insurger contre certaines pratiques de la part d'éditeurs qui nous pourrissent le plaisir d'acheter des films en DVD ! D'abord marginales, ces pratiques se font désormais de plus en plus nombreuses au point de devenir une norme, ce qui doivent certainement autant écoeurer les cinéphiles que moi je peux l'être.

.

Pour vous permettre de prendre conscience le plus clairement des faits, rien de tel que prendre des exemples concrets. C'est ce que je vais faire en m'appuyant sur les deux derniers DVD que je me suis payé, et qui m'ont inspiré cet article. Ces deux DVD sont 300 et Cashback. Chacun d'eux représente respectivement deux manières diamétralement opposées de concevoir une édition collector, c'est-à-dire donc, une édition qui se veut donc destinée à tous ceux qui sont prêts à mettre plus cher pour avoir un produit plus complet et plus raffiné. Autant Cashback peut être considéré comme étant ce à quoi tout cinéphile aspire en déboursant 20€ pour acheter le film, autant 300 est une immondice commerciale qui ne rate aucune étape dans l'art de décevoir l'acquéreur.

                                     Gerard Butler et Vincent Regan (au centre). Warner Bros. France

 

Ce qu'on est en droit d'attendre d'un DVD qu'on paye 20€ : l'exemple de Cashback.

 

L'exemple du DVD de Cashback est assez significatif. Ce n'est pas l'édition ultime qui puisse être fait pour un film, mais elle sait satisfaire son acquéreur sur les multiples aspects qui contribuent au plaisir d'acheter un film en DVD :

 

Tout d'abord, il y a l'aspect visuel et tactile de l'emballage. L'éditeur ne s'est pas contenté de nous fourrer son DVD dans un boîtier standard avec l'affiche du film en guise de pochette. Le DVD est certes dans un boîtier tout ce qu'il y a de plus basique au final, mais ce boîtier est glissé dans une pochette cartonnée très agréable à regarder et a toucher, le tout étant inséré dans une sorte de glissière en plastique transparente sur lequel est inscrit le titre du film. La chose est faite de telle manière que, lorsque que vous déballez le DVD, on se doit d'abord de sortir de carton de la glissière. Ainsi le titre dévoile l'intégralité du dessin présent sur le carton. Or, le packaging a poussé la subtilité en faisant en sorte que le glissement du mot Cashback couvrait la poitrine nue d'une belle femme qui, en retirant la glissière plastique, se dévoile sous nos yeux.

.



 

.

Cela relève peut-être du détail, mais déjà, dès la première approche, l'emballage du DVD relève de la découverte, de la séduction. On pénètre l'univers de Cashback en même temps que l'on va accéder au film. Sur ce plan, bien des films ont eu aussi droit à cette attention que je trouve loin d'être superflue. On pourrait citer la magnifique Bible de Pulp Fiction qui refile déjà des frissons avant même qu'on ait mis le film dans le lecteur, ou bien encore le livre maudit de la trilogie Evil Dead dont l'aspect caoutchouteux le rend presque hypnotique et malsain. Dernièrement, on pourrait aussi souligner le soin apporté à la remarquable édition ultime du Labyrinthe de Pan qui elle aussi prend l'aspect d'un livre tout ce qu'il y a d'envoûtant.

.

 



.

Ensuite, il y a l'entrée en matière avec l'introduction du disque dans le lecteur. Alors que l'emballage a su produire son effet, l'insertion du DVD continue sur la même lancée. Après le fatidique écran noir, apparaît doucement le traditionnel message concernant les droits d'auteurs. Mais ici, loin d'être une obligation pesante qui vient briser la magie l'espace de quelques secondes, c'est au contraire un prétexte pour une entrée en douceur dans l'atmosphère du film. En effet, le message est écrit dans les couleurs et les tons du film, et l'apparition de ce message est l'occasion d'introduire la douce mélodie du film. Ce n'est alors que progressivement que le menu est introduit, après une légère animation issue du film auquel vient subtilement se mêler les modes proposés par le menu.

.

 


.

Enfin, il y a l'écran des menus, élément ultime d'un DVD. A l'image de tout le reste, le menu est très bien fait. Non pas par son contenu – qui est sur ce point des plus classiques – mais bien sur ses articulations, avec des animations sympathiques entre les différentes étapes, ce qui rend la navigation dans ce menu très agréable. Dès lors, une fois qu'on se décide de lancer le film, on est déjà dedans, bercé par la musique et l'atmosphère qu'a su reconstituer le menu. Bref, ces petites choses innocentes, l'air de rien, font du DVD un objet « agréable » a acquérir et pour lequel finalement, on ne regrette pas d'avoir payer 20€, même si au fond de nos esprits on sait se prix totalement exagéré.

.

.

Tout ce qui nous fait regretter l'achat d'un DVD à un prix exorbitant : l'exemple de l'édition collector de 300.

.

Côté 300, la logique semble clairement différente, et c'est à vous dégoûter d'avoir mis 5€ de plus pour se payer l'édition collector.

.

Pour ce qui est de l'emballage, on s'est bien foutu de nous. Alors, c'est sûr, d'extérieur, la Warner a mis le paquet pour que le packaging attire l'œil et nous en mette plein la vue. Le boîtier DVD est incéré dans un carton aux reflets dorés brillants, de quoi nous faire saliver. Arrivé chez soi, on sourit un peu moins. Une fois qu'on a retiré le joli carton, on se retrouve avec un boîtier DVD noir des plus basiques : pas de quoi soulever les foules. On ouvre le boîtier et là, c'est l'horreur. Loin d'être un objet de séduction, le DVD en lui-même est un disque défiguré par une série de logo d'avertissements, d'interdit à la vente, à la location, à la projection, aux moins de 16 ans, le tout en 32 langues histoire de faire des économies.

Ensuite, une fois le DVD dans le lecteur, commence le mépris ultime. Alors qu'on incère le DVD pour se regarder un bon film, pour se remettre dans l'ambiance du film pour lequel on avait payé 9€ au ciné, voila que commence toute une série de clips tous plus méprisants les uns que les autres, pour nous comme pour le film. Vous, les DVDvores, vous voyez déjà de quoi je veux parler. A peine le disque inséré, et le message sur la propriété intellectuelle passé (souvent sous la forme d'un petit jingle horrible de la part de la Brein, avec un fond bleu immonde et une musique qui nous rappelle les mauvais temps de la VHS), on nous impose un clip contre le piratage de films. Le clip est immonde, mal foutu, avec une musique lamentable, tout ça dans un esprit qui se veut « cool » pour pouvoir toucher les « djeunes ». Mais le pire de tout, c'est que cette insulte suprême à notre intelligence et à notre intégrité, ne peut être zappée ! On est obligé de se la coltiner en entier ! (enfin du moins, c'est le cas sur mon lecteur DVD et sur mon PC, je connais des veinards qui peuvent s'en émanciper…)

Cette démarche est, je trouve, purement scandaleuse et d'une stupidité sans nom. D'une part, quand on paye 25€ pour un DVD – ce qui est en soit un investissement au regard de la vie chère – ce n'est pas pour me faire suspecter de vol ou de piratage, et encore moins pour me faire imposer 40 secondes d'un clip à la musique agaçante et à la réalisation vomitive. J'estime avoir le droit de me dispenser d'un truc qui me refile mal au crâne avant de me visionner un film qui, à la base, est fait pour me détendre. Mais d'autre part – et c'est là que je trouve la démarche totalement hallucinante – qu'est-ce qu'on vient nous emmerder nous, qui avons consenti à acheter le DVD, avec un discours moralisateur sur le piratage ??? N'y a-t-il pas erreur sur la personne ??? Si j'ai acheté le film en DVD, c'est que justement je n'ai pas choisi de le télécharger illégalement sur le net ! Je trouve donc du coup assez incroyable qu'au final, ce soit nous, les acheteurs de DVD, les gens « honnêtes » au regard de la loi et des éditeurs, qui devions nous taper ce genre d'immondices sur nos disques qu'on a payé en plus au prix fort, alors que le pirate y échappe sur le div-x qu'il a téléchargé. Au final, c'est le pirate qui a accès à l'atmosphère du film le plus vite, et sans interférents mal venus. C'est quand même un comble qu'au final, c'est celui qui paye et qui respecte la loi qui se retrouve le dindon de la farce !

.

.

Ensuite, après avoir subi les intérêts commerciaux de Warner, c'est le menu « spartiate ». Vous allez me dire que tout est désormais dit sur cette édition de 300 en DVD : après ce clip scandaleux on débarque sur un menu qui se limite au minimum syndical, et on se mate le film vite fait histoire de se mettre le plus vite dedans avant que l'envie nous passe… Ce n'est malheureusement que la moitié de la vérité. Certes, le menu est limité au plus simple : une image avec les incrustations nécessaires par-dessus. Cependant, il est à retenir que l'arrivée a ce menu ne s'est pas faite sans se taper une série de trois bandes-annonces. Non seulement on nous prend pour des voleurs, mais en plus on nous traite comme des vaches à lait. Non vous n'aurez pas votre film : vous devez avant accepter de vous laisser tenter par les trois films qu'on va sortir dans pas longtemps. Et attention ! Pas n'importe quels films ! Zodiac passe encore, mais The Reaping ! On aurait pu nous l'éviter. Le pire reste quand même au final la pub de 2 minutes pour nous faire acheter des HD-DVD… Vraiment, après, pour se mettre dedans, il faut le vouloir. Peut-être penserez-vous que j'exagère en disant cela, mais ça m'a passé l'envie de revoir le film – je n'étais plus dedans – et j'ai remis le DVD dans son boîtier. Enfin bref, merci Warner…

.

 

En bref…

J'ignore si beaucoup de personnes se sont reconnus dans ce que je viens d'énoncer. Sûrement un certain nombre trouve que je coupe là les cheveux en quatre et d'autres qu'au fond ils s'en foutent de tout ça tant que le film est sur le DVD… Cependant, dans le principe, il y a quelque chose qui me révolte profondément. Je trouve assez incroyable qu'on en vienne à hésiter d'acheter un DVD en se disant qu'on va peut-être mettre 20€ pour n'avoir juste que le film au milieu d'une demi douzaine de saloperies qu'on a pas demandé dans un packaging minimaliste. S'en est presque à vous donner envie d'aller télécharger le film sur le net pour au moins être sûr de l'avoir en clean, sans ces saloperies qui viennent gâcher le plaisir d'acheter un objet qui reste quand même à nos yeux, avant tout un objet de collection avant d'être un objet de consommation.

.


                                  Emilia Fox et Sean Biggerstaff. Gaumont Columbia Tristar Films

.

J'ignore si, par un heureux hasard, un employé de la Warner, de TF1 video, ou de n'importe quelle autre grosse boîte lira cet article, mais qu'il sache au moins qu'il y a rien de plus irritant que d'avoir à payer le prix fort pour subir en plus : de la pub, du mépris, et le minimum syndical en terme d'habillage. Quelle sera la prochaine étape : des coupures publicitaires pendant le film ? J'estime qu'on paye déjà suffisamment cher pour avoir droit à un produit de qualité optimale, et il est clair que le manque de respect et le mépris flagrant dont l'industrie du DVD nous témoigne en ce moment incite clairement à l'utilisation de moyens alternatifs pour profiter de notre plaisir de cinéphile. Ce genre de pratique ne peut qu'encourager au piratage car, à cause de cet état d'esprit détestable, il n'y a plus aucun avantage à avoir le film en DVD plutôt qu'en div-x, bien au contraire.

.
Michael Dixon, Sean Biggerstaff et Michael Lambourne. Gaumont Columbia Tristar Films Gerard Butler. Warner Bros. France

.

Donc hurlons ! hurlons ! contre ces éditeurs lamentables qui se foutent littéralement de nous ! J'ai cité 300 parmi les mauvais DVD, n'hésitez pas à en signaler d'autres dans les commentaires ! De même, si un éditeur entretient cette appréciable – et légitime – démarche de nous faire des habillages DVD de qualité, plébiscitez-le également. Ainsi, je pourrais mettre en place un petit catalogue qui, au moins, vous permettra de savoir ce que vous aurez en achetant ce DVD ! A bon entendeur !

.

                                   Gerard Butler. Warner Bros. France

 

 

 

 



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Darkskywalker 12/11/2009 20:05

Des bonus souvent inintéressantsToutes les questions de l'emballage et des coffrets ne me préoccupent pas trop, après tout ce n'est pas cela qui va changer la qualité du film à l'intérieur. Je suis en revanche bien d'accord avec ton coup de gueule sur les publicités contre le piratage, absolument insupportable et contreproductives parce qu'elles donneraient presque envie de télécharger les films pour s'épargner ces pubs incessantes, on le sait nom de dieu que c'est pas beau le téléchargement c'est bien pour ça qu'on se donne la peine de les acheter ces DVD.

De manière plus générale, je pointerais de mon côté les bonus à outrance proposés dans les DVD qui sont de plus en plus inintéressants. Souvent basés sur trop de détails techniques, ils en négligent des aspects fondamentaux telle que l'écriture du scénario, le regard du réalisateur sur son oeuvre, bref des éléments capitaux passant souvent à la trappe au profit des cascades et autres effets spéciaux. De plus, même chose, les membres de l'équipe passent leur temps à se féliciter mutuellement genre le monde est beau, est gentil alors que de nombreux cinéphiles savent les conflits d'intéret dans les coulisses ou encore à acclamer leur oeuvre, on le sait bon sang que ce film est bien on est quand même pas assez con pour acheter des films qu'on aime pas donc c'est pas la peine de le répéter à tout va.

Enfin bref, j'ai parfois appris des choses plus intéressantes sur des films en allant chercher sur Wikipédia que dans les 3 heures de bonus proposés, comme pour Dark Knight récemment. Ou encore dans les 10 heures de bonus des versions longues du SDA, une heure à tout casser devait être intéressante. ll reste toujours les commentaires audios mais ceux là sont de qualité variable, tout dépend du réalisateur qui commente son film. Je dirais que les films qui proposent les meilleurs bonus sont ceux sur lequel il y a le plus de recul et un vrai travail de documentation est effectué comme Blade Runner ou même la trilogie Starwars.

Startouffe 16/12/2007 12:52

Blade RunnerOh bah merci pour la vidéo cher Nostalgic, j'avoue que ça m'a bien fait rire, je crois que je vais la mettre dans ma liste de vidéos ! Sinon, je confirme tes craintes DanielOcean concernant "Zodiac". L'ami Coxwell m'a dit le plus grand mal de cette édition pour laquelle la qualité de l'image est très mauvaise. Une édition collector se profile. Il va falloir attendre...

Sinon pour poursuivre nos impressions sur les derniers DVD sortis, je dois reconnaître ma stupéfaction en achetant la dernière édition ultime de Blade Runner. Pour un DVD Warner, voila une édition sans pub, bande-annonce, clip anti-piratage. Le coffret est soigné, très joli esthétiquement. Des photos sur un beau papier glacé, un livret bien foutu et surtout 5 DVD d'une remarquable qualité. C'est soigné, c'est jouissif. J'avais déjà le précédent DVD de Blade Runner, mais j'avoue que je ne regrette pas ma nouvelle aquisition. Voila qui est dit.

N'hésitez pas à continuer à encenser ou dénoncer les dernières sorties DVD ! Qu'ensemble nous fassions la peau à tous les abus dans ce genre de domaine ! Le cinéma vaincra mes amis !!!

yasss 29/11/2007 17:14

Startouffe tu me sauve la vie, lol
moi qui comptai me tapper Sunshine en dvd...

DanielOceanAndCo 26/11/2007 14:30

Yeah (damn fuckin' texan shit, lol tu sauras de quoi je parle) ce clip "anti-piratage" est une honte. Se prendre la tête pour aller à la (nan pas de marque non mais), acheter un film qui nous a marqué, puis se faire faire une leçon de morale à deux balles, c'est scandaleux!!!!!!!! (DannyOcean en mode vénère). Heureusement, chez moi, il passe en vitesse rapide héhé (t'as déjà essayé l'ami??)

Je me souviens lorsque TF1 a sorti "Kill Bill : Volume 2" en DVD un peu avant Noël : il n'était pas dispo à l'unité, si on le voulait, fallait se racheter le Volume 1 avec dans un jouli coffret qui servait à rien (l'édition à l'unité sortant seulement au mois de janvier suivant).
- Déception aussi pour la "extended edition" de "King Kong" de Peter Jackson qui, contrairement au "Seigneur des Anneaux", n'est justifié que pour faire du pognon en plus.
- Future déception (ouais j'anticipe) : "Zodiac" de David Fincher qui, d'après Ciné Live, ne serait qu'une édition standart en attandant la collector et la version longue prévues pour l'année prochaine.
Et la liste est encore longue (j'attends le verdict pour "Blade Runner").

Startouffe 25/11/2007 21:09

Petite notification...Bien sûr, si vous n'êtes pas d'accord, n'hésitez pas à vous manifester aussi! Bien au contraire : ce serait super sympa que des avis se confrontent sur ce sujet! ;)

Startouffe 25/11/2007 21:07

Spider-man 3... On en a pour son argent.Très bonne édition collector de Spider-man 3! Comme quoi on peut acheter un film commercial et avoir droit à du bon DVD. Boitier agréable au toucher, agréable à regarder et à ouvrir, menus travaillés et raffinés, et surtout bonus assez complets (même si trop focalisés sur l'aspect technique à mon goût). Du bon donc, à acheter les yeux fermés...

Startouffe 25/11/2007 21:05

Sunshine... Quelle honte!Allez! Je lance le mouvement avec le DVD de Sunshine qui est une véritable honte! Je suppose que beaucoup étaient comme moi à attendre la sortie DVD de ce grand film de 2007. Quelle déception à l'arrivée! Une seule édition, et des plus baclées! Accumulation de messages contre le piratages (plus que "300"! Fallait le faire!), 4 bandes-annonces pourries (dont la "Collines à des yeux 2", merci le rapport !) et enfin un menu de présentation pathétique, sans aucune animation, et surtout très moche. C'est scandaleux ! Ca m'ennuie de tirer une balle dans le pied de Danny Boyle mais je déconseille l'achat de ce DVD à tous ceux qui n'ont pas adoré le film...

Startouffe 25/11/2007 21:00

Que la lutte commence camarades !!!Wahou! Seulement un quart d'heure que cet article est publié et voila déjà le premier ralliement ! Merci Burnett de manifester toi aussi ton mécontentement ! N'hésite pas - et vous aussi les autres lecteurs - à balancer les éditions DVD qui se moquent littéralement de nous! Je m'efforcerai de donner l'exemple en vous tenant au courant des exemples les plus flagrants parmi mes derniers achats...

Burnett 24/11/2007 10:15

On se fout de notre gueule !Ah, ça fait du bien de lire ce genre d'article !! On se sent moins seul d'un coup !!
L'amateur de DVD se retrouve pris en otage d'une bande de commerciaux sans scrupule !

Présentation

  • : Le blog de l'homme-grenouille
  • Le blog de l'homme-grenouille
  • : Exilé d'Allociné mais la motivation reste intacte ! Par ce blog j'entends simplement faire valoir notre droit à la libre-expression. Or, en terme d'expression, celle qui est la plus légitime est celle des passions. Moi, je suis passionné de cinéma, et je vous propose ici mon modeste point de vue sur le septième art, en toute modestie et sincérité, loin de la "bien-pensance" mondaine. Puisque ce blog se veut libre, alors lisez librement et commentez librement. Ce blog est à vous...
  • Contact

Recherche