Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2007 4 22 /02 /février /2007 17:11

Warner Bros. France

.

Doit-on attribuer les mêmes mérites à ce premier Matrix qu'aux deux autres épisodes de la trilogie ?

.

A vrai dire c'est aussi et surtout pour m'exprimer sur cette question que l'envie m'est venue d'écrire cet article sur un tel morceau que Matrix. Pourquoi ? Parce qu'une différence fondamentale semble exister entre ce premier épisode de Matrix, l'initiateur du phénomène, et cette suite en deux épisodes qui, à mes yeux, ne relève pas du même registre et ne répond pas aux mêmes exigences.

.

Bien sûr, j'ai parfaitement conscience que tout un débat pourrait être lancé là-dessus tant les avis doivent être partagés sur la question (après tout ceci est un blog, alors n'hésitez pas à vous exprimer !), mais il me semble que de nombreux arguments me permettront de soutenir l'idée que ces suites, intitulé Reloaded et Revolutions, ne peuvent soutenir la comparaison avec le premier épisode et qu'elle vient même le desservir.

.

   Monica Bellucci.   Hugo Weaving.    Neil et Adrian Rayment.  

.

.

Un travail de forme plutôt qu'un travail de fond

.

Beaucoup d'éléments nous permettent de prendre conscience dans un premier temps que l'état d'esprit des deux frères Wachowski s'est considérablement modifié entre le premier épisode et la suite de la saga. Si le premier épisode cherche vraisemblablement à convaincre en permanence de la pertinence de son propos, les épisodes Reloaded et Revolutions visent plus à l'instauration d'une religion. On sent que les créateurs avaient conscience qu'ils écrivaient là les deux pages manquantes d'une saga qui aurait forcément un impact planétaire et qu'ils ont voulu que leurs films prennent – à l'image d'un Star Wars – une dimension mythique. Mais la grave erreur qui a certainement été commise par les frères Wachowski c'est qu'ils ont cru construire un mythe en en reprenant tous les éléments formels du mythe cinématographique en en oubliant ce qui en fait la substantifique moelle : le fond.

.

Carrie-Anne Moss. Warner Bros. FranceNeil et Adrian Rayment. Warner Bros. France

.

Pour preuve, il suffit de se pencher quelques instants sur la forme que prend cette trilogie. D'abord c'est justement une trilogie : le 3 c'est le nombre d'or depuis la Grèce antique qu'il faut adopter pour montrer l'équilibre et l'accomplissement de l'œuvre. Star Wars est une trilogie, le seigneur des anneaux de Tolkien était une trilogie, on pourrait même citer l'Orestie et je ne sais pas combien d'exemples ancien qui valorisent l'accomplissement comme étant la trilogie. Pour Matrix, la trilogie prend ici des aspects totalement factices car en fait il s'agit juste d'un film de plus de 4h coupé en deux. En effet, à bien regarder l'histoire de ces deux suite, il n'y a aucune discontinuité entre Reloaded et Revolutions, le premier n'étant que la mise en bouche du second. On pourrait dès lors se demander pourquoi un tel choix – surtout quand on constate la vacuité scénaristique de la première moitié de Reloaded - si ce n'est celui de répondre au modèle de la trilogie mais aussi sûrement, pour faire payer aux spectateurs deux entrées pour un seul film.

.

Outre le fait que la saga Matrix soit une trilogie factice, il y a aussi le fait que ces deux nouveaux Matrix se limitent plus à être des films à grand spectacle que ne l'a pu être leur prédécesseur. Qu'il s'agisse du combat entre Neo et les multiples Smith, de la scène de poursuite sur l'autoroute, de la prise de Sion ou je ne sais quoi d'autre, les deux autres Matrix privilégient – en temps – beaucoup plus l'action pure que le Matrix premier du nom.

.

                               Keanu Reeves et Hugo Weaving. Warner Bros. France

.

J'en imagine déjà quelques uns en train de grommeler devant leur écran en se disant que ce n'est pas parce que ces suites ont renforcé leur caractère « grand spectacle » qu'elles en ont pour autant perdu la richesse de fond du premier. Ceux là m'évoqueraient sûrement volontiers les personnages du Mérovingien et de Perséphone ou encore du maître des clefs, ou bien encore l'apparition de l'architecte ; ils souligneraient aussi certainement l'évolution du personnage de l'agent Smith ou bien encore la découverte de Sion comme étant autant d'éléments qui témoignent de l'enrichissement de l'univers Matrix. Ils n'aurait d'ailleurs pas totalement tort : certes il y a un enrichissement de l'univers de Matrix avec tous ces nouveaux éléments mais, à bien y réfléchir, cette enrichissement est surtout quantitatif mais en rien qualitatif.

.

.

Un univers sans âme ?

.

Explication. Quand on prend chacun des nouveaux éléments de ces deux nouveaux épisodes, et qu'on les compare à ce qu'on pouvait tirer du premier Matrix, , on constate qu'aucun de ses éléments ne se pose comme un approfondissement de la philosophie Matrix. Si on reprend ce qui a été dit précédemment sur la lecture que propose Matrix de l'évolution du monde actuel, de la nature de notre société sur le rapport entre réalité et virtualité, bref de cette proto-philosophie sur laquelle repose tout le pouvoir de captation de la saga, on se rend compte que cette lecture est relativement absente de Reloaded et de Revolutions. En effet, plus question dans ces deux suites de faire de la Matrice une vision de notre monde, c'est un univers qui ne s'intéresse qu'à lui-même et que ne nous renseigne que sur son identité propre.

.

Lambert Wilson. Warner Bros. FranceMonica Bellucci. Warner Bros. France

.

J'en veux pour exemple l'utilité des personnages comme le Mérovingien ou autre Séraphin, l'utilité aussi du principe des portes multiples ou bien encore de l'existence d'un architecte : tous ces éléments là nous renseignent sur la façon dont fonctionne la Matrice, mais jamais ils ne viennent nous interroger sur le fonctionnement de notre propre société. Certains répondront sûrement à cette constatation : « et alors ? Faut-il absolument qu'un film propose une lecture de notre société pour être de qualité ? » La réponse est bien évidemment non, mais dans le cas de Matrix cette différence d'approche est essentielle car elle démontre bien que les deux nouveaux épisodes de la saga n'ont un intérêt que purement divertissant, ce à quoi ne se limitait pas la premier épisode. Il me semble donc difficile de défendre l'idée qu'une philosophie anime Reloaded et Revolutions car il me paraît évident que ce n'est qu'un simple leurre.

.

                             Adrian et Neil Rayment. Warner Bros. France

.

C'est donc principalement pour cela que je considère que la saga n'a pas le sel que pouvait avoir à lui seul le premier épisode. Les frères Wachowski ont d'ailleurs eu la même approche en ce qui concerne son rapport à la nouvelle génération évoquée précédemment. Là encore, la saga n'entend plus proposer un regard sur elle-même. Il ne s'agit plus de lui fournir des éléments de réflexion pour se construire une identité : les deux nouveaux épisodes de la saga se contente juste de fournir des signes distinctifs qui permettent simplement d'affirmer cette identité. En effet, quand on regarde Reloaded et (un peu moins) Revolutions, on n'y retrouve qu'une simple réutilisation de nombreux codes identitaires de la jeune génération, chose que l'on ne retrouvait pas forcément dans le premier épisode : on pourrait évoquer en guise d'ilustration cette scène rock ridicule dans le caverne, ou encore à cette floraison de personnages tous aussi vides que caricaturaux, les rastamen albinos en tête. Ces signes distinctifs ne sont pas que visuels, ils sont aussi d'ordre oral : pullulent sans cette suite les propos au vocabulaire incompréhensible et inutilement compliqué, uniquement accessible à la jeune génération cybernétique. D'une certaine façon, ces deux nouveaux épisodes de Matrix ont oublié l'aspect messianique du premier épisode pour privilégier une sorte de repli identitaire.

.

.

Du film réflexif au simple film religieux

.

S'il y a au fond une chose à regretter dans cette suite de Matrix c'est bien celle-ci : que les frères Wachowski aient finalement abandonné un esprit d'ouverture au profit d'un esprit de fermeture. On l'a déjà dit de nombreuses fois, l'esprit du premier Matrix était celui de l'ouverture du spectateur vers une nouvelle vision de sa société, une nouvelle perception de son univers. Matrix premier du nom savait séduire et capter l'intérêt par ce jeu permanent de questionnement : qu'est-ce qui est réel ? Notre imaginaire ou nos identité virtuelles n'ont-elles pas aujourd'hui autant de légitimité ou de réalité que nos identités sociales ? Les péripéties de Neo, Morpheus, Trinity et consort nous séduisaient alors parce qu'elles étaient sans cesse perçues comme étant l'affirmation de personnes au fond banals comme des individus uniques et extraordinaires au travers de leur identité virtuelle.

.

                                 Marcus Young, Keanu Reeves, Ousaun Elam. Warner Bros. France

.

Dans Reloaded et Revolutions, le rapport du spectateur à l'intrigue et aux personnages est différent. Plus question de s'interroger sur ce qui fait au fond la réalité de notre identité, le film n'entend même poursuivre la réflexion pourtant possible sur la pertinence de l'affirmation d'une identité dans un monde virtuel sans que celle-ci ait forcément de rétroaction sur la personnalité sociale. Dommage d'ailleurs que le film n'ait pas poursuivit dans cette voie, car cela aurait été une remarquable remise en question du premier épisode, ouvrant vraiment la saga vers une profondeur réflexive vraiment intéressante, et qui aurait permis une ouverture vers un Matrix 3 qui aurait l'épisode de la maturité. Mais malheureusement ce n'est pas la voie qui a été prise par les frères Wachowski. Aveuglés par le succès, manquant certainement de recul par rapport à un succès qui les a vraisemblablement dépassé, les auteurs de Matrix ont clos cette possible ouverture et on préféré au contraire valorisé le message du premier épisode tel quel, et le fixer comme un idéal identitaire irréprochable et intouchable.

.

                                  Keanu Reeves. Warner Bros. France

.

Preuve en est, l'évolution du caractère mystique dans Reloaded et Revolutions par rapport à ce qu'il avait pu être dans le premier Matrix. Comme on avait pu le dire auparavant, l'aspect mystique avait pour rôle, dans le premier épisode, de renforcer l'aspect épique de l'histoire. Ici, l'imagerie mystique est beaucoup moins subtile. Elle ne se contente plus de se faire sentir qu'au travers de noms de personnages, elle s'impose aussi dans les situations et l'organisation de l'univers Matrix. Neo n'est désormais plus présenté comme un élu potentiel mais carrément comme un messie devant lequel on se prosterne et on fait des offrandes. De même, on n'hésite pas à avoir recours à un vocable et des références visuelles très connotées religieusement. On parle de temple ; la Matrice n'est plus une simple force mystique mais le projet d'un personnage unique, un architecte, qui renvoie directement à Dieu ; enfin les conseillers de la cité de Sion ont un habillement est une attitude très proches de celles de patriarches. En somme, avec ces deux épisodes supplémentaires, la Matrice n'est plus un univers qui appelle à la réflexion, c'est une histoire sainte qui se pose comme une doctrine à accepter telle qu'elle est. En somme, on est passé d'une philosophie ouverte à la réflexion dans le premier épisode, à une religion fermée qu'il faut accepter telle quel dans le reste de la saga.

.

Anthony Zerbe. Warner Bros. FranceCarrie-Anne Moss, Keanu Reeves, Laurence Fishburne, Harold Perrineau. Warner Bros. France

.

.

Conclusion

.

Quoi qu'il ait pu être dit dans l'ensemble de cette article, il y a bien une idée que l'on ne pourra pas contestée : celle que Matrix est un phénomène digne d'un Star Wars en son époque. Cependant, s'il y a bien une différence entre ces deux sagas mythiques, c'est que Star Wars a su conserver sur ses trois épisodes une continuité dans sa démarche et dans son propos ce que Matrix n'a su malheureusement pas faire. Si le premier épisode est bien le précurseur méritant d'un univers à la fois troublant et enivrant, sa suite n'est au fond qu'un ersatz de saga, qui ne fait que diluer la substance du premier épisode dans une démarche d'autosatisfaction plutôt déplacée.

.

                                   Hugo Weaving. Warner Bros. France

.

Il est donc dommage qu'aujourd'hui, à cause de ces deux épisodes de trop, d'avoir à se justifier quand on affirme que le premier Matrix est un chef d'œuvre, car à mes yeux, il l'est incontestablement. Voila donc au fond tout le sens de cette article, réaffirmer le premier Matrix pour ce qu'il est vraiment, afin qu'il ne soit plus victime de l'amalgame fort compréhensible qu'on en fait avec l'ensemble d'une saga au fond bien contestable.

.

.

                                  Keanu Reeves, Carrie-Anne Moss.



Partager cet article

Repost 0

commentaires

hdef 03/07/2013 20:23

effectivement, mais j'ai franchement été rebuté par l'aspect confus du film et ses clichés visuels !

L'homme-grenouille 02/07/2013 20:23

Bah tu vois c'est marrant, parce que moi je ne me souviens même plus que Trinity mourrait dans le 3 (c'est te dire s'il m'a marqué). Moi ce film je le classe vraiment au même niveau que le deux,
beaucoup d'effets et de discours grand-guignolesques qui font perdre du temps pour au final conclure sur un propos qui aurait pu être très intéressant si les frères Wacho avaient pris le temps de
l'expliciter davantage...

Alors par contre, ce qui est marrant, c'est que - autant Speed Racer" faisaient effectivement partie pour moi de ces trips sans fond comme le fut Matrix 3, autant j'ai été un très grand fan de
Cloud Atlas. Là justement, je trouve qu'il n'y a aucune fioriture et qu'il y a un propos très riche qui, en plus m'a beaucoup parlé. Donc, pour le coup, moi j'ai vraiment vécu ce film comme le
grand retour des Wacho... Comme quoi...

hdef 02/07/2013 09:25

une grande saga, je ne sais pas...
En fait, comme tu l'as compris, j'ai un amour particulier pour les deux premiers opus, mais le dernier sombre franchement dans le kitsch, avec la mort de Trinity...

On était sensé pleurer ?
De toute manière, j'ai bien l'impression que les Waschowski n'ont pas fait table rase de cet échec (Revolutions), puisque Clound Athlas (je ne sais pas si tu l'as vu) pâtit des mêmes lourdeurs !

L'homme-grenouille 30/06/2013 20:30

Ah oui... Tu me diras c'est vrai que lorsque tu dis ça, ce raisonnement ne m'est pas étranger. J'aurais presque envie de le revoir ce 2...

Effectivement, dans le 2, ils se sont vraiment lâchés, ils ont vraiment créer un environnement digne d'un jeu de rôle, avec énormément de fantaisie et d'imagination... Tu dis que ça complète bien
avec le 1, plus posé et plus porté sur la philosophie de l'univers. Finalement c'est peut-être comme ça qu'il fallait le prendre... L'attente liée au 1 nous a peut-être fermé les portes du 2, trop
différent.

Le pire, c'est que de récemment, j'ai été amené à faire une conférence sur le cinéma de science-fiction et son rapport au réel. En abordant le cas Matrix, et notamment de ses suites, je me suis
rendu compte qu'il était loin d'être inintéressant au niveau du propos, notamment dans ce qui est dit au moment de la rencontre avec l'architecte... Bref, ces deux suites avaient un potentiel
réel...

Après je ne peux m'empêcher de penser que ce Reloaded aurait gagné à mieux mixer cette dimension philosophique (propre au 1 et qu'on était en droit d'attendre dans le 2) avec ce côté mystique dont
tu parles. Parce qu'au fond, on a vraiment l'impression que le côté mystique est parfois purement gratuit, et qu'il n'existe que pour vendre des produits dérivés. Cette sensation que j'ai eu aurait
certainement pu être atténuée sans toutes ces scènes qui ne servaient à rien : les bla-blas du débuts, les courbettes face à Néo, ou bien encore cette scène de danse dans la caverne juste...
impossible à justifier.

C'est marrant, parce qu'au final, à reparler de ça, cela fait renaître cette sensation qu'avec ces deux films ont est vraiment passé à côté d'une grande saga.

hdef 29/06/2013 12:37

je sais que c'est le cas de peu de personnes, mais je confirme, c'est bien le 2 qui est mon favori ! En fait, son grand avantage sur le 1 est la mise en avant du côté mystique, avec le final dans
ce couloir rempli de portes ! Le film regorge d'idées originales (la création de plein de smith, et la bagarre entre néo et tous les smiths est un vrai moment de pur divertissement, avec des effets
spéciaux impeccable et une chorégraphie superbe) et bénéficie d'un rythme à l'image de sa géante poursuite sur l'autoroute : mené à 100 à l'heure !
Enfin, le passage où Wilson explique la définition de la causalité de peut que réjouir les francophiles !

Par rapport à l'excellent premier volet, ce reloded est donc plus direct et bourrin, évitant les passages de blabla interminables qui alourdissaient le premier opus !

L'homme-grenouille 28/06/2013 12:55

Merci du compliment !
Cela fait toujours du bien !

Par contre j'avoue être intrigué : le 2, ton préféré ? Vraiment ?
Si tu pouvais m'expliquer en quoi, j'avoue que je serais très intéressé par ce qui t'a plu là-dedans...

hdef 26/06/2013 19:10

un brillant article !
perso, mon classement de la trilogie serait : le 2
le 1
et le 3 (très décevant) en dernier

l'homme-grenouille 13/10/2012 01:34

Il a fallu qu'un autre commentaire tombe pour que je me rappelle que je n'avais pas répondu à celui-là ! je m'y atèle donc de ce pas !

D'un autre côté, chez DanielOcean, je m'étais déjà acquitter de cette tâche dans le monde réel des vivants, mais pour les autres qui s'imaginent que je ne réponds pas à ceux qui postent ici sur mon
blog (ce qui n'est que moyennement vrai), je réponds aussi par l'écrit...

Mais bon... En relisant ton commentaire je me rappelle maintenant pourquoi je n'ai pas répondu immédiatement... Je n'ai tout simpelemnt rien à dire. Oui, je suis entièrement d'accord avec ta
nouvelle vision de la saga Matrix puisqu'au fond, à te lire et à relire mon article, nous nous accordons sur tout. Oui le premier Matrix était une saga philosophique qui cherchait à convaincre et à
ouvrir sur un autre univers... Et oui la suite trilogique est une sorte de Bible pour geek qui est un mélange de tout et n'importe quoi sans que forcément cela ouvre sur un état d'esprit
nouveau.

Bref je le redis à nouveau, et désolé pour celui qui m'avait envoyé ses liens pour remettre en cause mon jugement. Rien de ce que j'ai pu revoir ou relire depuis ne m'a vraiment amené à changer mon
ressenti à ce sujet là. Sûrement certains s'éclateront à voir dans les péripéties du Mérovingien mille et un messages pythiques, moi je n'y voit que des scories qui pensent s'autojustifier parce
qu'elles sont matrixiennes... Enfin bon, tout n'est qu'une question de point de vue après tou t... ;-)

DanielOceanAndCo 01/09/2012 12:41

Je viens tout juste de redécouvrir les épisodes "Reloaded" et "Revolutions", quelques semaines après avoir revu "Matrix" premier du nom. J'ai notamment réécris mes critiques sur ces suites avant de
relire ton article

A propos de "Revolutions" j'avais auparavant remarqué les références évidentes faites à la Bible et à la culture hindoue (un programme qui parle de karma, on aura tout vu), après l'avoir éditer,
j'ai appuyé sur le gros point noir de "Revolutions" : le méchant agent Smith est un gros mécréant et les gentils ont tous la foi.

Je ne sais pas toi, mais moi, avec ça, je n'y retrouve pas cet esprit rebelle du premier épisode, j'y vois un profond conservatisme religieux afin de plaire davantage aux masses.

Dans ma critique de "Reloaded", je parle évidemment des trois scènes explicatives les plus compliquées de l'Histoire du cinéma : celle de l'Oracle, celle du Mérovingien et celle de l'Architecte,
toutes super simples sur le papier, mais fallait se donner un air intelligent donc ils ont mis plein de mots compliqués.

"Matrix" reste à mes yeux un chef d'oeuvre, et ces deux suites sont franchement pas indispensables!!

Cally 14/12/2011 05:18

Salut l'homme-grenouille. ^^
Je considère personnellement la trilogie "Matrix" comme un petit bijou depuis que j'ai découvert et parcouru ce site : http://www.matrix-happening.net/ se penchant sur "les mécanismes narratifs de
la saga". Il est, je trouve, très enrichissant.^^
Depuis que je connais Matrix, mon préféré des 3 a toujours été Reloaded pour ses scènes de combats et peut-être ses réflexions plus explicites sur le pouvoir, la causalité, le choix (oui j'aime
aussi la facilité XD)
Mais le meilleur des 3 est le 1e, comme tu l'as si bien démontré. C'est souvent le cas dans les sagas. ^^
Belle analyse. ^^

Startouffe 08/03/2009 21:56

En réponse à Philip-Alain...Ma foi... Ton commentaire m'amène à réfléchir. je me ferai un plaisir de te répondre mais avec un léger différé car je t'avouerai que ma vision des deux derniers opus de la trilogie commence à remonter à loin et c'est peu dire qu'il n'en reste pas une marque indélébile dans mon esprit.

Je vais donc tout d'abord m'efforcer de revoir "Reloaded" et "Revolutions" le plus vite possible (c'est dommage, en postant ton commentaire une semaine plus tôt cela aurait déjà été fait !) tout en allant zieuter volontiers sur le site dont tu as laissé le lien (car, contrairement à ce que tu as écris, j'adore la science-fiction, comme te le prouvera un article présent sur ce blog que j'ai consacré à ce genre) !

En tout cas, je suis ravi de voir que dix ans après, cette trilogie reste toujours autant d'actualité et suscite encore des réactions aussi vives et passionnées. Chers Sebdoun et Philip-Alain, attendez-vous donc à une réponse de ma part à venir tantôt, afin que le débat continue de subsister !

Startouffe 05/06/2008 23:38

Que la joute commence !Alors là un débat peut se lancer pendant des heures, ne serait-ce que sur la première phrase de ton commentaire ! Les trois films doivent ils se voir d'une traite ? C'est une chose que j'ai déjà faite (bah oui, pour écrire cet article justement :) ) et là j'avouerai je ne suis pas tout à fait d'accord... et c'est un bel euphémisme !

Bien sûr, je vais pas me contenter de te poser mon affirmation contre la tienne. Je vais me faire un plaisir de faire comme toi en argumentant un peu afin de te faire un peu percevoir mon point de vue sur la question (Que nous sommes de bonnes gens ! Et constructifs avec ça !).

Tout d'abord, tu parles de trilogie "Geek", je crois que tu as tout dit en disant cela. Seulement, à mes yeux, ce sont les deux derniers volets qui font irrémédiablement basculé la trilogie vers la dimension "Geek", car Matrix 1 possèdait une réelle dimension universelle. Les ressorts et aboutissants de ce premier opus ne sont en rien limités à une culture geek ou à une mythologie interne à la Matrix. Bien au contraire ils questionnent sur le monde réel et sur la nature même de la réalité, et même du conditionnement culturel. Rien de cela dans le second ni le troisième volet. Ce sont des épisodes beaucoup plus repliés sur eux-mêmes, justement réservés aux Geeks et non à tout le monde comme peut l'être le 1. Certes, le 1 a une dimension "Geek", et les 2 et 3 se contentent de l'exploiter à fond, mais ce n'était pas la seule dimension du 1 alors qu'il me semble que c'est le cas du 2 et du 3.

Alors, après tout ça je ne dis pas qu'un film, parce qu'il est un film réservé aux geeks, est un mauvais film. Loin de là. Et je ne doute pas que sur ce point les Wachowski ont su pondre un univers très riche et cohérent. Cependant, j'avoue reconnaître qu'un film réservé aux geeks à moins d'intérêt qu'un film qui a une portée universelle et non seulement pour les geeks seuls.

A partir de là on peut effectivement affirmer que la démarche n'est pas que lucrative - mais parle-je tant d'argent que cela dans mon article ? - mais c'est une démarche plus refermée... et donc forcément moins profonde. Tu évoques les Animatrix qui sont, certes, sympas à regarder, mais au fond ils ne font qu'apporter des rajouts à l'histoire de base. Aucun des films n'ouvre de nouvelles pistes possibles pour regarder notre monde différemment. Aucun n'offre une nouvelle interrogation du réel non plus. Au fond, il s'agit là de quelques approfondissement purement formels pour les geeks comme peuvent l'être les livres décrivant les différentes planètes et espèces de Star Wars...

Bref, si au final j'avais un reproche à faire à ces suites de Matrix, c'est qu'au fond ce ne sont pas de vraies suites de Matrix, mais de simples "add-on" qui relève du gadget pour geek qu'on peut effectivement ranger dans la même catégorie que les Animatrix. Le 2 et le 3 auraient finalement pris un sens si, comme Animatrix, ils avaient été considérés à part. Mais en tant que suite du 1, on ne peut que constater l'appauvrissement de la saga dans la mesure où la démarche originale a changé. Plus de démarche universelle, plus de questionnement du monde réel. Juste une mythologie tournée sur elle-même comme un catalogue Star Wars qui expose son bestiaire...

sedboun 29/05/2008 16:17

Re Pas d'accord lolJe pense que vous faites fausse route car ces 3 films DOIVENT se voir d'une traite et tout y est assez logique. De plus n'oubliez pas (apparemment personne ne les cites à ma très grande surprise O_o) Animatrix et les 40 minutes (tout de même) du jeu Enter The Matrix + les 2 volumes de Comic Books (dont le 1er vol vient ENFIN d'être traduit et édité par les éditions Panini) qui viennent étoffer l'incroyable scénario des Wachowskis.

Tout ceci n'etant pas uniquement à but LUCRATIF mais bel et bien une façon nouvelle de raconter une histoire dans des médias différents mais qui se complètent. Depuis, TOUT le monde fait pareil que les Wachowskis et le dernier en date étant Batman avec les 6 courts métrage d'animations qui feront le lien entre Batman Begins et Batman The Dark Knight.

On pourra citer également Van Helsing et sa "préquelle" animée ou encore Riddick et son Anime Dark Fury faisant le lien entre Pitch Black et Les Chroniques de Riddick.

Je vous conseille vivement de vous reporter sur le site de Rafik Djoumi (ex Mad Movies) "Matrix Happening" ou d'écouter (pour les anglophones uniquement) les fantastiques commentaires audio des 3 films de la saga par les philophes Ken Wilbur et Cornel West qui vous convaincront (ou pas :-)) que les Wachowskis ne se sont JAMAIS laissés débordés par leur script mais qu'au contraire, ils maitrisaient bien TOUT depuis le début.

Matrix est en tout cas bel et bien une trilogie de "Geek" puisqu'il faut un nombre incalculable de références pour pouvoir appréhender cet univers ultra touffu.
Ca pourra en gaver plus d'un de ne pas tout comprendre d'un coup mais en même temps quand il s'agit de 2001 de Kubrick ou Lost Highway de Lynch qui sont tout aussi "obscurs", personne ne dit rien et au contraire salue le génie (bien fondé c''est clair - suis fan aussi :-)) de ces longs métrages.
En tout cas ces films m'ont marqué à vie et sont pour ma part des références incontournables de la SF. De la VRAIE SF pas comme les 3 derniers films de la saga infantilisée de George Lucas, "Star Wars" décevante au plus point.
De la SF tout public sans aucune aspérités.
mais après tout, les gouts et les couleurs.... :-)

Darkskywalker 26/04/2008 16:41

hélas...La réputation de Matrix était déjà assurée dés le premier film, n'oublions pas qu'un temps assez long séparait la sortie de Matrix et de Reloaded et de ce fait le premier Matrix s'était déjà taillé une réputation trés forte.

Même si les années ont passées depuis, je me rappelle trés bien l'effervescence qu'il y avait autour de la sortie de Matrix Reloaded, c'est simple, on voyait Néo et ses compagnons partout. Il y avait une sorte d'enthousiasme général assez impressionnant autour du film, le premier avait été une telle réussite qu'il y avait une confiance trés grande dans la qualité des suites qui arriveraient.

En réalité, à l'époque, j'avais été trés accroché par Matrix Reloaded. Etant beaucoup plus jeune, j'avais été impressionné par les séquences d'action du film, de loin les plus spectaculaires qu'on avait pu voir au cinéma à l'époque et à la sortie du film, je ne jurais plus que par Néo et ses lunettes de soleil.

Néanmoins avec le recul, la force de Matrix Reloaded s'est grandement atténuée à mes yeux car elle reposait surtout sur des bases superficielles, à savoir l'aspect visuel poussé au paroxysme plutôt que sur une véritable toile de fond.

Je suis à nouveau d'accord avec tes propos concernant l'univers de Matrix qui prend ici une allure volontairement fermée et réduit ainsi le lien avec "le monde réel". Pour simplifier, j'aurais presque tendance à dire que les frères Washoswki ont perdu l'intelligence de la construction du premier Matrix et que cette suite ressemble à une espèce de mélange extrêmement confus et sans véritable cohésion.

Et ainsi les dialogues longs, inutilement complexes et rébarbatifs cotoient les scènes d'action qui vont encore plus loin dans la démesure, mais au bout du compte qu'en est t-il de l'intrigue? Celle ci se révèle finalement bien maigre et le rebondissement final de l'architecte, pourtant non dénué d'intéret, est extrêmement confus et maladroitement amené.

Et avec Matrix Revolutions, c'était la goutte d'eau qui fait déborder le vase, une véritable abbération où les Washowski enterrent le mythe qu'ils avaient eux mêmes crées. Dire que le scénario est faible semble être un doux euphémisme, combien de longueurs inutiles et de scènes ennuyeuses avant de voir enfin l'intrigue évoluer.

Il est visible que les réalisateurs, en voulant créer une trilogie, ont grandement perdus de vue le génie du premier film. Matrix Reloaded et Revolutions auraient trés bien pu former un seul et même film compte tenu de la pauvreté de leurs scénarios mais une trilogie fait toujours plus classe.

Mais au final, cet effet aura été trés néfaste à l'univers Matrix, les Washowski auront même perdu plus de gloire qu'ils n'en auront gagnés. Autrefois, Matrix était lié au premier film et il y avait un sourire à l'évocation de ce film. Maintenant c'est avec cette trilogie que l'on doit compter et ainsi les avis sur cet univers sont beaucoup plus partagés, et en raison de ces suites abérrantes, le prestige du premier film en a également souffert.

Personnellement, étant donné les dégats apportés par ces deux suites, je ne suis réelement pas sûr qu'un prolongement de la même qualité du premier film aurait été possible. Peut être que je m'attarde trop sur Reloaded et Revolutions et que j'ai du mal à me visualiser une autre suite, mais dans mon esprit, le premier film se suffisait largement à lui même.

Tu as cité l'exemple de Starwars qui a su maintenir la qualité durant les trois films, mais il y avait encore matière à exploiter dans les deux autres suites, et Lucas, dans les temps anciens où il faisait encore preuve d'ingéniosité, avait trés bien percu ce potentiel de la saga en achevant "le nouvel espoir" à la fin en concluant l'intrigue du premier film (la défaite de l'empire) mais en laissant également des ouvertures (Vador en vie, Luke qui est encore loin d'avoir fini sa formation de Jedi)

Dans le cas de Matrix, la fin du premier film est une conclusion trés satisfaisante pour l'histoire de Néo. Celui ci a fini son apprentissage, vaincu son ennemi (le retour de Smith dans les deux autres films aurait trés bien pu ne jamais être) et lorsque Luke devra attendre la fin de l'épisode VI avant de proclamer "Je suis un Jedi!", Morphéus, le guide de Néo, proclame lui même à la fin de Matrix "C'est l'élu!"

C'est réellement regrettable parce que l'univers de Matrix a un véritable potentiel, je conseille d'ailleurs à tous de visionner au plus vite les courts métrages Animatrix qui forment une véritable bible de la saga. Et étrangement, aprés les deux autres suites, l'inspiration incroyable qui semblait habiter Matrix semble s'être estompé, et entre des jeux vidéos non aboutis et des comics à l'intrigue un peu faible, il semble bien que le doux nom de Matrix ne soit plus synonyme de qualité.

A nouveau, félécitations pour ton article que j'ai trouvé trés intéressant et qui m'a redonné envie de parler de cette saga que j'avais un peu délaissé.

startouffe 12/11/2007 22:23

Viendons alimenter le débat...Oula! Que d'effervescence pendant mon absence de quelque semaines de la toile (j'en profite pour pourrir la réputation d'Orange... Dépanné en 48h mon cul!).

Alors sinon je me permets d'intervenir aux trois dernières réactions qui ont été postées. D'abord, concernant la remarque Snifff, je ne suis pas vraiment sûr que ce soient "Reloaded" et "Revolutions" qui aient vraiment lancé le mythe Matrix auprès du grand public. De par ma frêle mémoire, lors de la sortie de ces deux suites, on a fait un tapage pas possible, preuve que le mythe Matrix semblait déjà plainement installé avant la sortie des suites (bah oui, sinon on en aurait pas vraiment parlé). A mes yeux, le vrai basculement qui s'opère avec les deux suites, ce n'est pas que le fait que Matrix devienne un mythe, mais surtout que Matrix devienne un produit marketing de très grande échelle, un peu à l'image des "Star Wars" ou autre "Seigneurs des Anneaux"...

Du coup, je te rejoins forcément, Tribersman, quand tu dis que le mythe Matrix s'est construit dès la sortie en salle du 1. Néanmoins, je ne serais peut-être pas aussi catégorique que toi en disant que le premier épisode interdisait aucune suite (si c'est bien ce que j'ai compris). Certes l'opus 1, d'un point de vue scénaristique pouvait se suffire en soi, mais à mes yeux une suite de haute qualité était tout à fait possible. Dommage donc que les choix qui ont été faits furent ceux que nous connaissons tous...

Enfin, pour finir par toi Kevin (normal puisque ton post ne peut que flatter mon ego mouhaha!), je te dirais que je suis ravi que cet article t'ait permis de concrétiser ce que a quoi tu aurais pu aboutir si tu avais creuser le sujet de ton côté. Ne sois donc pas jaloux, puisqu'au final je n'ai fais que mettre en forme une démarche que tu n'as plus besoin de faire à présent puisqu'elle t'est proposée toute cuite!

En tout cas, au plaisir de vous revoir sur ce blog! Vos commentaires me font toujours autant plaisir et mettent parfois mes méninges en ébullition! Donc n'hésitez pas à continuer!

Tribersman 02/11/2007 16:49

Snifff, C'est justement parce qu'il n'ont rien en commun que l'on ne peut pas parler d'une trilogie et encore moins d'un mythe.

Le premier film avait clairement été faitp our n'avoir aucune suite, A partir de là il est tous simple de conclure que les 2 autres ne sont que des suites surmédiatisées crée pour faire du fric avec un déluge d'effet spéciaux et de pseudo discours philosophique sensé rappeler le premier film.

Cet article n'existe que parce qu'il est mal vue de cracher sur des phénomènes commercial, peut importe qu'il le vaille ou non.

Le premier film Matrix est devenu mythique au moment même de sa sortie en salle.
Les 2 suites n'ont fait que le rendre ultra commercial auprès du grand public. mais je persiste et signe (le chieur arrogant de service), seules les personnes rejetant en bloc les 2 suites commercialles comprennent réellement la reflexion se cachant derrière la première oeuvre.

Kevin 28/04/2007 20:56

Ah ah ! Je suis très heureux de lire des paroles d'une telle intelligence sur matrix 2 et 3. J'aurais bien aimé creuser aussi bien le sujet mais cette trilogie m'est trop insupportable pour que j'ai pu le faire. Gnagna. Je suis jaloux.

Snifff 25/04/2007 16:20

Je suis d'accord avet toi, Matrix n'a rien à voir avec les deux suites. Pourtant, et ça on ne peut rien y faire, les trois films font partie d'une trilogie et les deux autres ont permis justement comme tu le notes de donner une envergure mythique à cette série. Ils servent aussi volontairement ou pas de faire-valoir au premier Matrix, qui était beaucoup plus minimaliste (même dans les scènes d'action) que les deux suivants, qui veulent justement créer une mythologie et c'est réussi. Matrix est un mythe international, et la plupart des gens pensent quand même que Matrix est un chef d'oeuvre (tout du moins un très grand film) que ne sont pas les deux autres, qui sont de très bons blockbusters (le 2 en tout cas ; je n'ai vraiment pas aimé le 3) et qui donnent une autre dimension, beaucoup plus vaste, à ce premier film.

Donc je suis d'accord avec toi, comment ne pas l'être ? Je pense simplement que les suites ont une utilité, qu'elles ont jouée un rôle dans le phénomène Matrix, et un rôle positif. Le problème, c'est que le 3 est bâclé scénaristiquement.

Chewb 06/04/2007 22:51

Tout à fait!

Matrix doit son succés à son charme, à sa fraicheur et à son univers si particuliers.

Les deux autres ne peuvent se targuer que d'être une mise en valeur d'effets spéciaux pour une fin ne valant en fin de compte pas mieux que celle de "notre ami Joe"...

Super Rupo 12/03/2007 17:56

Brillante analyse!
Tu viens de me réconcilier avec Matrix premier du nom, que j'ai mis, à tort, de côté suite au dégoût provoqué par ses deux suites.
Désolé de ne pouvoir enrichir ta réflexion mais je ne trouve pas grand chose à redire mis à part que le succès du premier prend part aussi grâce à la réalisation qui notamment popularisa le "bullet time" et peut se targuer de scènes d'actions devenues mythiques. Mais ca, tout le monde l'aura noté.

ouais! 11/03/2007 10:02

suis à 100% d'accord avec ton article .. suis pas la seule .. dans mon entourage .. nous avons tous été déçus par les suites .. Seul Matrix est bienvenu
ps: merci pour ta vision .. pour tes explications .. bienvenus

Présentation

  • : Le blog de l'homme-grenouille
  • Le blog de l'homme-grenouille
  • : Exilé d'Allociné mais la motivation reste intacte ! Par ce blog j'entends simplement faire valoir notre droit à la libre-expression. Or, en terme d'expression, celle qui est la plus légitime est celle des passions. Moi, je suis passionné de cinéma, et je vous propose ici mon modeste point de vue sur le septième art, en toute modestie et sincérité, loin de la "bien-pensance" mondaine. Puisque ce blog se veut libre, alors lisez librement et commentez librement. Ce blog est à vous...
  • Contact

Recherche