Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 20:09

Pathé Distribution

  

Une exception qui se répète n'est plus une exception. Déjà, en 2007, alors que je cherchais les mots pour parler d'Inland Empire, mon cher ami cinéphile Coxwell avait su les trouver avec une exactitude que je pouvais espérer égaler. On est désormais en 2010, et alors que je me remets à peine d'une grande claque prise en ce début d'année, celle que m'a infligé le film de Jaco Van Dormael, Mr. Nobody, qu'encore une fois ce même Coxwell - qui depuis a abandonné son pseudo au profit de ses initiales - J.W. - (dommage, moi j'aimais bien Coxwell...) éclaire la blogosphère d'un de ces articles qu'on admire tous pour leur limpidité et leur sincérité. Peut-être ne serez-vous pas tous en accord avec ce qui est écrit, mais pour ma part, cet article tiré de son nouveau blog traduit pleinement le sentiment que j'ai ressenti face à ce "Mr. Nobody", et traduit encore mieux l'incompréhension que j'ai ressenti face au mépris qu'il a rencontré dans la presse Alors, trève de blabla introductif : place aux mots de 'l'ami cinéphile qui, je l'espère, sauront sonner juste à votre oreille...

 

Servilement vôtre, l'homme-grenouille..

  

.

Un blog à découvrir d'urgence : lacinéphilis.com...

  

  

 

Chaque année, il y a des films injustement boudés, méprisés ou tout simplement ignorés par le public. Si cette indifférence a souvent un lien avec la qualité intrinsèque du film, la notoriété d'un film repose malheureusement sur la communication journalistique. Mr. Nobody fait partie de ces films qui essuient la vindicte de l'aréopage des journaleux, subissent l'ostracisme injuste des "docteurs es cinéma" de la critique. On se demande parfois si nos chers « professionnels » du je-m'assis-pour-regarder-un-film sont encore du côté de l'art – tout entier – du cinéma. A force de les lire, on comprend qu'ils ont une logique d'encensement et de mépris qui reposent avant tout sur un paradigme du cinéma (pour reprendre la notion de Thomas Kuhn) fondé non pas sur la recherche de l'innovation mais sur des préjugés et des réseaux.

 

Jared Leto et Diane Kruger. Pathé Distribution Pathé Distribution Pathé Distribution

  

Schématiquement, on pourrait résumer leur modèle de pensée en 4 points :

 

1. Le cinéma-sujet, restreint à une production limitée qui traite d'un thème bobo sur les problèmes de couple, d'adolescence, de pauvreté ouvrière ou d'intégration nationale, sans implication de l'auteur dans la mise en scène comme dans le sujet est LE vrai cinéma. Le cinéma moderne, quoi, celui qui n'est pas construit, qui dit le vrai, montre la réalité (sic) à la bourgeoisie qui aime se rassurer de son bien-être devant l'étendue des problèmes du monde. De la complaisance polie en somme.

 

2. L'auto-congratulation du cinéma des copains ou de ceux qui ont déjà une réputation monolithique et qu'il convient de récompenser. Peu importe si ces cinéastes n'inventent plus rien ou régressent sur plusieurs points, ils bénéficient de la couverture assurance-presse qui va avec.

 

Sarah Polley. Pathé Distribution Jared Leto. Pathé Distribution Diane Kruger. Pathé Distribution

 

3. Le cinéma-artifice, fait de ce qu'ils pourraient appeler "fioritures", à la mise en scène intentionnellement démonstrative et cohérente avec le propos développé par l'auteur est LE mal. C'est le cinéma américain dans sa très large majorité qui n'a pas peur d'abuser du langage du cinéma, celui de l'image et du son, avant même de celui de la littérature.

 

4. Et puis, il y a des petits cinéastes qui développent un style mais tentent avec audace, quelque chose de différent, quitte à se ranger parfois du côté du cinéma "fabriqué" américain. Ils sont rares, mais souvent courageux parce qu'ils ont des grandes intentions - parfois brouillonnes - mais des moyens relativement modestes. Malheureusement pour ceux là, il faut choisir son camp, et ne pas regarder du côté de la catégorie 3. On ne peut pas être un auteur et un formaliste. La réalité du monde ne peut s'entacher d'un parti-pris esthétique et d'un propos ambitieux.

 

 Pathé Distribution

 

Et voilà que Jaco Van Dormael a le mauvais goût de se retrouver dans la catégorie maudite. Celui qui est responsable d'un film bien français sur le problème de la maladie mentale (Le huitième jour) a eu le malheur de vouloir parler d'universalité et d'abstraction physique sur le monde et les humains, avec des stars internationales, le tout en anglais. Aïe. Mais quelle mouche a piqué le cinéaste belge pour avoir cette envie subite de film amerloc, avec du futur, des gros buildings, des vaisseaux, de la planète Mars et des ados qui s'aiment ? Les journalistes s'interrogent encore sur cette idée saugrenue qui mêle les sentiments humains, le temps et le questionnement métaphysique, avec des sous et des images léchées. Quand on est un cinéaste respectée de catégorie 1, on aborde ces questions de manière "réaliste", dans l'univers d'une chambre d'appartement, avec des gens inconnus et mal habillés. Bah oui, la "vraie vie" (sic) ça se cueille, dans sa totalité, et ça se passe de réflexion, d'interprétation sur la manière dont  on y accède. C'est presque de l'incongruité, Jaco. Alors vous vous ferez pardonner en regardant religieusement deux films de deux cinéastes de catégorie 2: Smoking/No smoking et Le hasard. Message entendu.

 

Jared Leto. Pathé Distribution Pathé Distribution Sarah Polley. Pathé Distribution

 

M. Van Dormael, votre cinéma est malade, parce que pollué de recherche de positionnement de caméra, de lumière abstraite, de faux décors, bref d'une mise en scène qui cherche à donner du relief au cinéma, cet art du langage des images en mouvement. C'est surfait, pas assez désincarné et désossé de la fioriture américaine. Vos acteurs manquent de la rigidité habituelle des drames français qui évoquent les sentiments tout comme de l'écriture ampoulée qui convient à toute romance malheureuse évoquant des regrets. Révisez votre étalon en la matière : Un conte de Noël. Comment osez-vous sous la houlette de maisons de productions francophones, dresser la terrible démonstration de l'instantanéité des moments de la vie, de manière si fragmentée et si déconstruite comme si la vie ne se voyait pas dans son ensemble, qu'elle ne pouvait être abordée sans montage et de manière holistique. Quel est ce crime que celui de tenter de pervertir vos maîtres et compatriotes Jean-Pierre et Luc Dardenne, avec votre tentative de romance interdimensionnelle, alors qu'il n'y a qu'une dimension à rechercher : celle de "la vie à filmer". Vous devez renoncer au statut de cinéaste, comme celui d'artiste, c'est à dire renier l'implication personnelle, l'interprétation, la mise en scène. Vous devez faire de la mise en situation, et montrez à tous que la caméra et le cinéaste doivent disparaître pour montrer les sujets que personne n'a jamais vus. Revenez dans le giron comme l'a fait un autre réalisateur américain qui a voulu abordé un thème similaire dans son The Fountain. Il n'y a pas d'élucubrations fantastiques dans la romance et l'introspection d'aujourd'hui. C'est bien connu, l'art du faux est celui de la publicité, pas celui des cinéastes.

 

Linh Dan Pham. Pathé Distribution Pathé Distribution Jared Leto. Pathé Distribution

 

Le cinéma francophone n'a pas de privilège à discuter du temps et d'associer la relativité de l'existence humaine avec le parcours sentimental d'un homme ordinaire. Pourquoi utiliser l'amour comme point d'ancrage à votre réflexion sur le temps si ce n'est pour toucher les spectateurs dans leur condition d'homme et de femme, tout âge et race confondus. Non décidemment, M. Van Dormael, vous accumulez les tares de tous ceux qui cherchent à faire du cinéma le véhicule d'émotions intentionnellement construites par un metteur en scène qui cherchent à communiquer avec son public. Votre travail participe au renforcement de l'idée même que le cinéma est affaire de fabrication, d'invention, de voyages, aussi loufoques, tourmentés et abstraits puissent-ils être. Au nom de toute la critique traditionnellement reconnue dans ce pays, je souhaite que votre Mr. Nobody sombre dans l'indifférence et l'anonymat qui sied parfaitement à votre personnage principal. Par ici la sortie (sic) ...

 

Jared Leto. Pathé Distribution

 



Partager cet article

Repost 0
Publié par L'homme-grenouille - dans Films trop méconnus ou incompris
commenter cet article

commentaires

l'homme-grenouille 04/10/2013 19:46

T'inquiète pas ! On va pas se formaliser pour si peu.
Pour moi la culture blog, c'est la culture de la communication à la cool...

Pour ce qui est de tes remarques, je dirais deux choses. D'une part, je ne suis pas l'auteur de cet article, dont il me sera bien difficile de le justifier pour ce qu'il est. JW est plutôt le genre
d'homme à porter un regard vif et sec sur le cinéma. ça n'en rend que son propos plus dense et traduit encore davantage sa passion. Il est moins dans une logique d'analyse (quoi qu'une fois il en
avait pondu une sur Mother qui avait vraiment de la gueule) donc c'est là la raison de la démarche sensiblement différente de cet article par rapport aux autres.

Sinon, pour ce qui est de ton idée de "coopérative de la découverte", dans l'idée je ne trouve ça pas mal, mais j'avoue que dans la pratique je ne vois pas trop comment je pourrais mener ça
différemment que ce que je fais déjà. Je tiens mes critiques à jour, je fais des articles sur les films qui m'intriguent, quant à toi, tu tiens ton propre blog j'ai constaté... Que faire de plus ?

Jecogite 02/10/2013 17:54

Ah la la, désolé, mon commentaire précédent est bourre de fautes....

Jecogite 02/10/2013 17:52

Bon écoutez, D'abord, je me permets d'ajouter un commentaire 3 ans plus tard.
C'est marrant, c'est comme une partie d’échec qui se déroule sur plusieurs années.

Moi aussi je trouve vos commentaires et critiques bien.
Mais c'est dommage que dans la critique de ce film, vous ne parliez pas du film lui même (ou alors j'ai fume).

En tout cas, ça fait plaisir de lire vos mots et analyses.
Je vous rejoins également en ce qui concerne ce film qui est "original" (pas difficile a notre époque) surtout si on considère cet article écrit dans ce même blogue concernant le livre recette des
blockbusteurs.

Est ce qu'il serait pas possible d'ajouter une rubrique sur ton site qui permettrai aux gens qui aiment te lire de proposer des films ?
Ce serait génial. C'est tellement long de chercher et trouver des films originaux et qui donne matière a réfléchir et a se torturer les méninges.

On pourrait tous ainsi profiter des découvertes des autres.

Enfin c'est juste une suggestion.

JW (Coxwell) 26/02/2010 07:53

Merci à vous deuxUn petit commentaire pour remercier l'ami Startouffe pour faire un peu de pub pour ma page personnelle. Refondue entièrement depuis quelques semaines, j'ai également inclus dans les dossiers, la liste de toutes mes critiques anciennement parues sur Ecranlarge.com

Merci à toi Julien pour tes commentaires élogieux. N'hésite pas à passer sur mon blog, commenter, et diffuser l'information auprès de ceux qui te suivent dans ton aventure cinéma.

A bientôt ;)

Startouffe 24/02/2010 16:33

Quel plaisir de ne plus être seul...Eh bien écoute Julien c'est avec un grand plaisir que je lis ton commentaire très flatteur. Quel dommage il est vrai que notre cinéma national ne soit pas en mesure de faire surgir des perles de ce genre plus souvent. Ce n'est pas faute d'essayer, mais nos producteurs sont tellement frileux...

Pour la petite histoire, sache que ce cher J.W., qui aime fureter sur divers forums, notamment ceux de DVDclassik, s'en est pris plein la gueule par tous les Dardennophiles en tout genre. C'est assez fou de voir avec quelle violence certains refusent de manière systématique et dogmatique un cinéma qui cherche juste à mettre les formes, bref à faire du travail de cinéaste...

Heureux en tout cas d'avoir fait la connaissance d'un de mes lecteurs occasionnels. J'avoue que cette opportunité qu'offrent les blogs de s'exprimer sur tout est n'importe quoi est vraiment quelque chose de sensationnel dans la mesure où elle nous permet de sentir des sentiers battus en terme de communication et parfois d'information. Personnellement, je ne lis même plus les avis de la presse au sujet des films qui sortent, je me fie avant tout à quelques blogueurs qui postent leurs avis avec d'avantage de spontanéité et d'honnêteté intellectuelle. Lire ton commentaire m'encourage à poursuivre sur cette voie.

Encore merci et à une prochaine fois sur ce blog peut-être.
Startouffe.

Julien 24/02/2010 10:54

J'adore !
Que dire de plus. Bravo à J.W. pour cette fantastique prose pleine de véracité (depuis le temps que je pense cela sans vraiment réussir à l'exprimer), le cinema francais est vraiment un cinéma particulier dans lequel je ne me reconnait pas du tout.
Et vient des fois quelques films de nationnalité francaise ou proche qui ont la "gueule" d'un autre cinéma et qui parfois maladroit on au moins le mérite de tenter quelques choses de nouveau et d'essayer de se sortir de se marrasme qu'est le cinema francais.
Etant, autour de moins, l'un des rare à avoir apprécier le dernier film de Jaco Van Dormael, je le trouve des fois quelques peu maladroits et brouillons mais à au moins le merite de nous faire reflechir et permet tellement d'interprétations différentes que ca en devient tout simplement trop rare.
Film original, ambitieux, graphique, une sorte d'ovni à ne pas rater pour ceux qui veulent voir un autre cinéma.
Et le parrallèle avec The Fountain est vraiment pertinent (film que j'adore aussi). Tout ne coule pas de source et force quelque peu à la reflexion,mais quel pied :-)
Merci à Startouffe pour avoir rélayer ce fantastique post et le blog de l'ami J.W.
Je suit ton blog Startouffe depuis un moment. Tes dossiers et tescritiques sont toujours un plaisir à lire. Même si pas tout le temps d'accord, c'est dans la grande majorité des cas que je me retrouve dans tes avis. Tes dossiers sont toujours une mine d'or d'interpretation et d'avis.
Bonne continuation à toi.
Julien

Présentation

  • : Le blog de l'homme-grenouille
  • Le blog de l'homme-grenouille
  • : Exilé d'Allociné mais la motivation reste intacte ! Par ce blog j'entends simplement faire valoir notre droit à la libre-expression. Or, en terme d'expression, celle qui est la plus légitime est celle des passions. Moi, je suis passionné de cinéma, et je vous propose ici mon modeste point de vue sur le septième art, en toute modestie et sincérité, loin de la "bien-pensance" mondaine. Puisque ce blog se veut libre, alors lisez librement et commentez librement. Ce blog est à vous...
  • Contact

Recherche