Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 15:31

Buena Vista International

 

Tiens donc : un article sur Ratatouille ? Plus d'un an après sa sortie ? Eh oui ! Il n'y a aucune raison particulière qui justifie qu'on en parle à cet instant donné de l'année 2008 si ce n'est que le hasard m'a conduit à le revoir hier et qu'un moment n'est jamais mal choisi pour parler d'un véritable chef d'œuvre. Non ! Ratatouille n'est pas que le bon divertissement d'une année qu'on range ensuite dans les tiroirs en attendant le prochain Pixar ! Comme quoi le hasard fait parfois bien les choses ! Il était tard, les chefs d'œuvres dans ma DVDthèque étaient nombreux, et parmi eux il y avait ce Ratatouille, acheté sur un coup de tête parce que la boîte était belle et qu'il en restait un vague bon souvenir. Il n'était même pas encore déballé, preuve de l'oubli qui lui était tombé dessus. Le revoir a été la révélation. Je l'avais déjà apprécié au cinéma, reconnu la profondeur de son propos, mais pourtant, je fus aussi plus ou moins victime des préjugés qui pèsent habituellement sur « un simple dessin animé ».

 

Buena Vista International Buena Vista International

 

Il est vrai que, bien qu'encensé par la critique à chaque nouvelle sortie, les films des studios Pixar semblent malgré tout classé – injustement – dans une catégorie à part : celle du dessin animé. Preuve en est : combien de dessin animé dans les classements de fin d'année que ce soit dans la presse ou chez les internautes ?  Souvent aucun. Même l'admirable DanielOceanAndCo – admirable justement pour son ouverture d'esprit et la sincérité cinéphilique qui habite son activité sur Allociné – même lui se laisse parfois prendre au piège de la ségrégation filmique en me demandant si j'avais préféré Wall-E à Ratatouille… Mais pourquoi comparé un Pixar à un autre ? Il ne s'agit même pas du même auteur ! Tous, nous sommes prisonniers de ces a priori ! Un dessin animé n'est pas un film comme un autre ; du moins c'est ce qui est insufflé pernicieusement dans notre esprit. Symbole de cet état d'esprit, un article de ce cher Brad91 – pourtant autre blogueur estimable – qui disait de Ratatouille qu'il était finalement « bien mièvre et manquant d'enjeu dramatique ». Se sent-il obligé d'ajouter par la suite : « Aurais-je perdu mon âme d'enfant ? » Le mot est lâché – presque involontairement d'ailleurs ! – film pour enfants. Voici autant de préjugés qui nous pèsent et nous empêchent de percevoir en ce Ratatouille ce qu'il est vraiment : un chef d'œuvre intemporel et donc inclassable.

 

Buena Vista International

 

Tout bien encensé qu'il ait été par la critique, reconnaissons qu'il n'est pas aisé d'affirmer aujourd'hui que Ratatouille est un chef d'œuvre lors d'une discussion mondaine entre cinéphiles avisés. En dehors du contexte de la sortie du film, tout le monde vous regarderait de la même manière qu'on a regardé Linguini qui essayait d'expliquer qu'un petit rat lui dictait ses recettes. Il est vrai que mettre Ratatouille aux côtés des Apocalypse Now et autres Citizen Kane peut sembler totalement inapproprié dans la mesure où c'est une évidence même qu'il est avant tout dédié à un public large et certains diront à un public pour enfants. Mais sous prétexte qu'un film n'est pas les prétentions de plaire au public mondain doit-il nécessairement le rabaisser au niveau de l'estime qu'on doit lui porter ? Le pire dans tout cela, c'est qu'il s'agit justement là de tout le propos de ce Ratatouille : le malheur du préjugé. Rémy, le personnage principal, c'est celui qui accepte de pratiquer son art dans l'ombre et en absence de toute reconnaissance. Déjà, il n'y a que dans un pays exotique – la France ! – où son art est reconnu comme tel : la cuisine. Mais même dans ce pays, le rat qu'il est l'empêche d'avoir accès à la considération même si tout le monde s'accorde sur la qualité de sa soupe et de ses autres plats. Le préjugé est en plus doublé pour le pauvre Rémy, puisqu'il officie sous l'identité du pauvre Linguini qu'il manipule pour rendre son rêve possible. Linguini, c'est le commis aux poubelles : lui aussi doit subir le mépris du préjugé qui porte sur lui. Enfin, on pourrait même tripler – voire même quadrupler – les préjugés que subit Rémy en temps que cuisinier car s'ajoute à celui de sa nature de rat, et de la nature de commis de Linguini, le fait qu'il doit apprendre d'une femme, Colette, elle aussi méprisée pour son sexe ; le tout dans un restaurant lui aussi méprisé depuis la disparition de son créateur et mentor : Auguste Gusteau. Ratatouille est un film qui prône l'expression du talent de chacun malgré les préjugés, et il a bien raison car lui-même subit les préjugés qui pèsent sur lui en tant que film d'animation.

 

Buena Vista International

 

Symbole de l'esprit de ce film, c'est le dicton prôné par cette idole que tous les personnages du film vénèrent qu'est Gusteau : « Tout le monde peut cuisiner ». A cette remarque est apporté la précision en fin de film qu'on pourrait comprendre non pas que tout le monde peut devenir un artiste mais qu'un artiste peut apparaître n'importe où. Or, c'est bien ce que concrétise Ratatouille par le simple fait d'exister. Oui, c'est un film d'animation en image de synthèse, dont le but initial est avant tout de surprendre et d'émerveiller. Pourtant, on ne pourra nier – déjà ! – le génie esthétique qui s'exprime dans les graphismes que génère cette simple série de 0 et de 1. Qu'il s'agissent de l'expression de chacun des personnages, de cette image d'un Paris suranné et charmeur, ou bien tout simplement par ce goût du détail, tout dans ce Ratatouille témoigne d'une poésie somptueuse de la part de son réalisateur Brad Bird et qui n'est pas sans se rapprocher de cette mélodie de saveurs qui peut résonner dans les esprits dès que Rémy mélange les ingrédients en fermant les yeux. Ratatouille a ce génie là : il sait transfigurer son propos par sa manière des plus élégantes qu'il a de le mettre en valeur. Or, l'idée mise en avant est finalement la plus noble et la plus belle qui soit : celle de la liberté d'être, de s'exprimer, sans avoir à être jugé. Et c'est bien là ce que mérite ce Ratatouille ! Non pas de ne pas être jugé, mais de le juger pour ce qu'il exprime au-delà des préjugés de contenant !

 

Buena Vista International

 

Dans cette merveilleuse complainte dédiée à la liberté d'être, de paraître et de créer, Ratatouille nous livre d'ailleurs la clef de son bonheur. Voila un film qui ne prétend pas arborer les parures des chefs d'œuvres reconnus pour se faire connaître : il préfère se présenter tel qu'il est aux spectateurs qui le reçoivent. Il n'est pas caviar, il est ratatouille, met rustique s'il en est. Quand le grand critique gastronomique Anton Ego vient dans le restaurant de Rémy pour juger sa cuisine c'est avec de la simplicité qui lui est servi : cette fameuse ratatouille. Et finalement, ce qui en ressort, c'est que le perfide Ego en laisse tomber son stylo ; laisse donc de côté son jugement abstrait pour mieux profiter de l'essentiel face à un plat cuisiné : le plaisir du goût. N'est-ce d'ailleurs pas là l'essentiel en cinéma ? Avant de juger si un film correspond à nos critères préjudiciables, pourquoi ne pas prendre en compte notre simple plaisir à nous retrouver parfois devant des choses simples ? Sachons aimer Ratatouille pour ce qu'il est et non pour ce qu'on voudrait qu'il soit ! 

 

Buena Vista International

 

Certains ont été déçus parce qu'il n'était pas tout à fait ce qu'il attendait... Quelle erreur d'attendre d'un film qu'il rentre dans un schéma qu'on a préétabli pour lui ! Jugeons Ratatouille par rapport à ce qu'il comptait nous offrir plutôt que par rapport à ce qu'on attendait qu'il nous offre !  Et les critiques ont finalement bien eu raison d'encenser ce film qui encore aujourd'hui reste un remarquable chef d'œuvre de cinéma tout court. A croire que ces chers journalistes venus jugé le dernier Pixar ont su être réceptif à la comparaison cinéphilique qu'induisait la critique final du critique gastronomique Anton Ego :

 

« A bien des égards la tâche du critique est aisée. Nous ne risquons pas grand-chose et pourtant nous jouissons d'une position de supériorité par rapport à ceux qui se soumettent avec leur travail à notre jugement. Nous nous épanouissons dans la critique négative, plaisante à écrire et à lire. Mais la mère vérité qu'il nous faut bien regarder en face, c'est que dans le grand ordre des choses, le met le plus médiocre à sans doute plus de valeur que la critique qui le dénonce comme tel. Il est pourtant des circonstances où le critique prend un vrai risque : c'est lorsqu'il découvre et défend l'innovation. Le monde est souvent malveillant à l'encontre des nouveaux talents et de la création. Le nouveau a besoin d'amis. Hier soir j'ai vécu une expérience inédite et dégusté un plat extraordinaire d'une origine singulière s'il en est. Avancer que ce plat et son créateur ont radicalement changé l'idée que je me faisais de la grande cuisine serait peu dire. Ils m'ont bouleversé au plus profond de mon être. Je n'ai jamais fait mystère du mépris que m'inspirait la devise d'Auguste Gusteau : « tout le monde peut cuisiner ». Mais ce n'est qu'aujourd'hui, aujourd'hui seulement, que je comprends vraiment ce qu'il voulait dire. Tout le monde ne peut pas devenir un grand artiste, mais un grand artiste peut surgir n'importe où. »

 

 Logo officiel. Pixar Animation Studios

 



Partager cet article

Repost 0
Publié par L'homme-grenouille - dans Films trop méconnus ou incompris
commenter cet article

commentaires

l'homme-grenouille 22/06/2013 17:47

Oui oui cher ami...

Il est vrai, et c'est tout à ton honneur, que tu ne relègues jamais le cinéma d'animation au rang de sous-cinéma. C'est suffisamment rare pour être signalé.

Après, quand tu parles de notre regard d'adulte sur le cinéma d'animation, je te suis en même temps que je te fuis. Je te suis en disant qu'effectivement, quand on se retrouve face à un film
d'animation manifestement destiné à un public large, notre regard d'adulte perçoit les subtilités et clins d'oeil de l'auteur, ce qui peut être jouissif (et c'est notamment le cas dans ce
"Ratatouille"). Après, c'est à double tranchant. Quand tu perçois les sous-entendus bien réactionnaires de certains dessins-animés, ça peut faire grincer des dents. je pense notamment aux derniers
Pixar justement, comme "Rebelle" notamment.

Je sais que nous ne sommes pas d'accord sur le sujet, mais j'avoue avoir du mal avec cette idée que, quand les enfants sont concernés, les auteurs jugent que les valeurs les plus adaptées pour eux
sont des valeurs réactionnaires. "Ratatouille", pour moi, c'était le bon temps : le temps où ce type de spectacle, à public certes incluant les enfants mais n'excluant pas les adultes, pouvaient
tenir des propos positivistes et progressistes. Ce temps reviendra peut-être un jour, quand la crise sera passée... Je croise les doigts...

DanielOceanAndCo 16/06/2013 09:06

Hey!! J'ai un film d'animation (voire deux) très régulièrement dans mes tops annuels et "Ratatouille" était 3e de celui de 2007 juste derrière "Zodiac" et "Lettres d'Iwo Jima". Je suis d'accord
avec toi pour dire que je ne suis pas d'accord de cantonner le cinéma d'animation à du cinéma pour enfants. D'ailleurs, je pense qu'adultes, nous comprenons mieux toutes les références jouissives
qu'insèrent les réalisateurs et animateurs dans leurs films.

Kleinhase 10/07/2009 11:29

Bravo pour cette analyse argumentée, claire et passionnante; qui offre un autre regard sur ce film merveilleux qu'est "Ratatouille", petit bijou du cinéma d'animation mais aussi - comme tu le dis très bien - du cinéma tout court. Il est vrai que le dessin animé est un genre trop sous-estimé, sous prétexte qu'il se destine avant tout à un public d'enfants. Mais je ne suis pas certaine qu'un dessin animé tel que "Le tombeau des lucioles" par exemple soit uniquement destiné à un public d'enfants... et à mon avis, il n'est pas nécessaire d'être un enfant ou d'avoir gardé son âme d'enfant pour apprécier un dessin animé tel que "Ratatouille", beaucoup plus fort qu'il n'y paraît dans le traitement de son histoire.

Il est vrai aussi qu'on a pu souvent reprocher aux productions Disney de trop flirter avec la guimauve et le larmoyant, mais pourtant, ces longs-métrages dégagent aussi une certaine profondeur et une certaine cruauté tout à fait propre aux contes de fées; qui, si la plupart du temps se terminent bien, connaissent aussi des moments plus durs et plus sombres (la mort de la mère de Bambi par exemple, dans le film du même nom, est particulièrement cruelle mais n'est - à mon sens - pas du tout larmoyante).

Il est vrai aussi que les longs-métrages Pixar semblent plus adultes et plus approfondis au niveau de la réflexion et c'est ce qui leur donne toute leur force et toute leur richesse. Il est temps de remettre le dessin animé à sa juste place et de le classer comme un genre à part entière dans le 7e Art, un genre qui mérite toute notre considération et notre respect, au même titre que les films "réels".

Et Startouffe, merci pour cette superbe analyse qui m'a permis - à moi aussi ! - de mieux apprécier "Ratatouille" pour ce qu'il est et non pour ce qu'on voudrait qu'il soit. Il faut en finir avec les préjugés ;-)

Clara 26/12/2008 14:28

Ratatouille est une vraie -et l'une des plus belles- réussites des studios Pixar. Plus qu'un dessin-animé, c'est une véritable leçon de vie et un spectacle pour les yeux tant la finesse des dessins est parfaite. Superbe, et savoureux à tout point de vue !

Très bonnes fêtes ! ;-)

Présentation

  • : Le blog de l'homme-grenouille
  • Le blog de l'homme-grenouille
  • : Exilé d'Allociné mais la motivation reste intacte ! Par ce blog j'entends simplement faire valoir notre droit à la libre-expression. Or, en terme d'expression, celle qui est la plus légitime est celle des passions. Moi, je suis passionné de cinéma, et je vous propose ici mon modeste point de vue sur le septième art, en toute modestie et sincérité, loin de la "bien-pensance" mondaine. Puisque ce blog se veut libre, alors lisez librement et commentez librement. Ce blog est à vous...
  • Contact

Recherche