Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2006 2 02 /05 /mai /2006 23:38

  Comme annoncé lors de la première session, le grand Guitou a tenu sa parole et s'est atelé à un nouveau visionnage d'Aniki mon frère! Ainsi, pour tous les petits curieux que cette discussion intéresse, voici la seconde session MSN qui a abordé le chef d'oeuvre de Kitano:

 

 brother.jpg

 

 

--------------------------------------------------------------------

| Début de la session : vendredi 11 novembre 2005 (20h07)                  

| Participants :                                                     

|  Captain Snou-Snou (Startouffe)

|  Guitou Reloaded (Guitou)

--------------------------------------------------------------------

 

 

 

Guitou Reloaded:

Salut !

 

 

Captain Snou-Snou:

Salut ma couille

 

 

Guitou Reloaded:

Je voulais te causer hier

 

 

Guitou Reloaded:

J'ai revu Aniki

 

 

Captain Snou-Snou:

mmmm.

 

 

Guitou Reloaded:

Déjà ma vision du personnage principal a changé.

 

 

Captain Snou-Snou:

Aaaahh ! (joyeux)

 

 

Guitou Reloaded:

(Je le vois plus comme un comique enfermé dans un yakuza)

 

 

 Captain Snou-Snou :

Hmmm

Intéressant

 Je médite

 

 

Guitou Reloaded:

Mais en ce qui concerne le fait que les Américains ne craignent pas la mort,

 puis la craignent

Ca j'ai toujours pas percuté.

 

 

Captain Snou-Snou:

Non non !

Je te l'avais dit, je m'étais planté quand j'ai dit ça !

Je pense en fait que les Américains ont toujours cette crainte de la mort.

 

 

Guitou Reloaded:

Ah.

 

 

Captain Snou-Snou:

et elle vient s'opposer à la perception d'Aniki.

 

 

Guitou Reloaded:

OK

Là ok

 

 

Captain Snou-Snou:

Seulement je pense qu'au départ, comme ils n'ont vraiment rien à perdre

Les Américains sont quand même prêts à tenter le coup et à suivre Aniki

même s'ils se contentent juste de suivre

et pas d'adopter son raisonnement.

Seulement, c'est une fois l'empire établi qu'on se rend vraiment compte qu'ils n'ont pas changé

qu'ils sont restés des péteux.

Moi c'est comme ça que je le vois

enfin après c'est à toi de voir !

 

 

aniki___frere.jpg

 

 

 Guitou Reloaded:

Ca boume ! Là je te suis !

C'est une hypothèse de ton cru ?

ou ça veut dire qu il y a une possibilité à laquelle tu n'as pas songé ?

 

 

Captain Snou-Snou:

Oui

 

 

Guitou Reloaded:

Ok.

 

 

Captain Snou-Snou:

Ou alors la crainte est latente chez eu dès le départ

et elle ne s'exprime pas encore clairement.

Finalement cette crainte est assez classique.

 

 

Guitou Reloaded:

Comme ce sont des paumés ?

 

 

Captain Snou-Snou:

Non, pas forcément

Je pense qu'on serait comme eux

On a trop peur du risque de se faire tuer donc on évite de trop se mouiller

ce qui est un raisonnement humain en fin de compte.

Eux ce sont de simples mortels comme toi et moi.

 

Seul Shiraze, Aniki et Kato sont de vrais yakusas.

Eux ils sont saisis les règles de ce jeu

Tout du moins ils s'y conforment

Vouloir réussir en usant de la violence ça peut rapporter gros et vite,

mais tu peux aussi tout perdre d'un coup.

 

Ils savent qu'à chaque coup ils jouent au quitte ou double

Plus de prospérité ou la mort.

Ils n'ont pas peur de la mort car ils savent de toute façon qu'elle n'est jamais bien loin

C'est pour ça que Kato n'a pas peur de se suicider

 

 

Guitou Reloaded:

Ouais mais comme si ce comportement était dicté

par un code.

 

 

Captain Snou-Snou:

Aniki sait aussi qu'il va mourir à la fin

Il ne se défend même pas, il l'accepte.

 

 

 Guitou Reloaded:

Oui

 

 

Captain Snou-Snou:

Je pense qu'Aniki sait que la chose est perdue dès qu'ils se font remarquer par les Siciliens.

Il sait que la guerre contre la mafia va être leur perte

et pourtant il accepte le fait sans sourciller.

Shiraza aussi d'ailleurs.

 

 

Guitou Reloaded:

Shiraze on le voit pas beaucoup

 

 

Captain Snou-Snou:

Ouais c'est vrai.

 

 

Captain Snou-Snou:

Mais je pense qu'il n'en demeure pas moins très intéressant.

Moi je m'interroge quand même sur son attitude

 

 

   shiraze.jpg

(Shiraze)

 

 

Guitou Reloaded:

Mouais

Il ne fait pas très yakusa traditionnel à première vue.

 

 

Captain Snou-Snou:

Je pense que lui aussi sait que la mort est pour tout instant

Le suicide de Kato le fait adhérer au clan d'Aniki.

 

 

Guitou Reloaded:

Oui.

 

 

Captain Snou-Snou:

Pourtant on a le sentiment que malgré ce geste de dévotion il n'a pas changé d'avis quant à l'issue de cette alliance avec Aniki

l'échec et la mort.

La question que je me pose alors c'est : pourquoi rejoint-il Aniki?

 

 

Guitou Reloaded:

car il doit satisfaire à un code ?

 

 

Captain Snou-Snou:

Je ne sais pas si Shiraze est très protocolaire

comme tu dis il ne fait pas trop yakusa

 

 

Guitou Reloaded:

J'ai l'impression dans le film que beaucoup de personnes suivent un code : tu es humilié, tu te plantes un lame, tu n'as pas le choix.

 

 

Captain Snou-Snou:

C'est vrai que ça c'est valable au Japon

Mais pas vraiment aux USA, même parmi les Japonais

 

 

Guitou Reloaded:

Bah au début , Shiraze dit à Kato : « Vas-y donnes lui ta vie ! », un peu par blague

Alors peut-être qu'en fait le personnage de Shiraze n'a pas été beaucoup développé

d'où des incohérences

car au fond il ne sert qu'à assurer une transition.

(Il meurt assez vite).

 

 

Captain Snou-Snou:

Moi je pense au contraire qu'il faut voir Shiraze comme un Aniki qui s'était endormi

et qu'il se réveille avec le suicide de Kato.

Là il revient à une conception très éphémère de la vie.

 

Regarde avec quelle facilité il flingue les gens

sans état d'âme

La mort de Kato lui a rappelé les vraies règles du jeu.

Si tu commences à te reposer sur tes acquis dans ce monde sans foi ni loi, y'auras forcément un jeune loup qui te butera pour te piquer la place

 

Un malfrat ça bute où ça se fait buter

Ca gagne plus ou ça perd tout

C'est les règles de ce jeu

 

 

Guitou Reloaded:

Je vois le truc

Oui oui

 

 

Captain Snou-Snou:

C'est comme ça que je sens le personnage

 

 

Guitou Reloaded:

Moi ce qui me choque

C'est la différence entre le :"vas-y flingue-toi"

et le moment ou il distribue les pilules et que lui répond qu'il n'en a pas besoin.

dans le sens c'est un dur.

et un moment il dit aussi que c'est un yakuza de la vieille école.

 

 

Captain Snou-Snou:

Ah?

Quand?

 

 

Guitou Reloaded:

Je me souviens plus.

Ca fait un peu "virage à 180 ° "en peu de temps.

 

 

Captain Snou-Snou :

Ouais, c'est pour ça que j'aurais tendance à penser que Shiraze est un Aniki endormi au début du film.

Un mec qui avant pensait comme Aniki

« Quand t'as rien, t'as rien à perdre, »

« Donc mieux vaut tout risquer parce que j'ai tout à gagner »

 

Et puis avec le temps, suite à son expansion, la donne était plus la même

A chaque fois il risquait plus gros

Il s'est arrêté par peur de perdre ce qu'il avait gagné

 

Quand Kato débarque, on sent un Shiraze qu'a de l'expérience quand même

Ca fait le mec qui connait le truc

qui est déjà passé par-là

 

 

         shiraze_pillule.jpg

 

 

Guitou Reloaded:

Hum intéressant ...

Le truc c'est que le changement intervient quand même très vite.

 

 

Captain Snou-Snou:

aussi brutal que le suicide de Kato.

 

 

Guitou Reloaded:

(Il sait se défendre le bétail)

Oui c'est vrai

 

 

Captain Snou-Snou:

Avant le suicide, Shiraze prend Kato pour un rigolo

 

 

Guitou Reloaded:

Ca oui je m'en souviens.

 

 

Captain Snou-Snou:

Il le prend pour un jeunot qui croit encore à ses idéaux chevaleresques.

Tu vois, genre l'ado encore innocent

 

 

Guitou Reloaded:

Oui je te suis

 

 

Captain Snou-Snou:

Shiraze lui se pose à côté comme le mec un peu blasé

Du genre "tu sais pas petit, mais cette innocence c'est du vent"

"Un jour ton Aniki il fera comme tout le monde, il aura peur et il abandonnera ses règles"

 

et je pense que le suicide de Kato lui réveille sa flamme

Il se laisse séduire par sa détermination

d'une certaine façon Kato à su montrer qu'il était serein parce qu'il n'avait pas peur de la mort.

Kato rallume un peu la flamme de Shiraze : « Au fond on a jamais rien à perdre »

On a rien a perdre même la vie, donc autant tout risquer pour pouvoir toucher le plus possible au paradis

même si on y goûte qu'un jour on y aura goûté.

 

 

Guitou Reloaded:

Ok ...tu vois l'attitude yakuza comme délibérée.

 

 

Captain Snou-Snou:

Je pense que chez Shiraze c'est le cas

Kato c'est plus dur à dire

 

En tout cas, ce qui différencie les Américains des trois Japonais

c'est qu'ils ne perçoivent pas la mort de la même manière

Ce qui caractérise les trois japs c'est qu'ils savent que la mort arrivera un jour ou l'autre.

 

 

Guitou Reloaded:

Ouais si : les Américains profitent , les autres assument le revers de la médaille

 

 

Captain Snou-Snou:

euh

Pour moi tout le monde profite et tout le monde morfle après

La différence c'est que seuls les Japs ont conscience qu'ils vont forcément morfler et qu'ils pourront pas y échapper.

 

 

Guitou Reloaded:

Les Américains ne sont pas conscients de ce que profiter implique.

 

 

Captain Snou-Snou:

Disons qu'à mes yeux la seule différence c'est que certains le savaient

depuis le début tandis que les autres n'ont jamais voulu l'accepter.

 

 

Guitou Reloaded:

Oui.

C'est ce que je voulais dire.

 

 

Captain Snou-Snou:

J'ai l'impression que ce qui motive les Japs à ne pas craindre la mort c'est leur mal-être face à la vanité de leur existence.

 

 

Guitou Reloaded:

Qu'est-ce qui fait cette vanité pour toi ?

 

 

Captain Snou-Snou:

Vanité dans le sens être vain

entendons nous bien.

Bah disons que tous ces personnages là sont à la base tous des paumés

des pauvres.

des exclus de la société.

 

 

Guitou Reloaded:

Oui mais pourquoi ont ils cette impression ?

 

 

Captain Snou-Snou:

Disons parce qu'ils savent que leur vie pourraient valoir plus

Là ils ont l'impression qu'elle vaut rien

S'ils sont prêts à consentir à autant de risques, c'est parce qu'au fond d'eux, il pense qu'une vie ne peut pas avoir moins de valeur que la leur.

 

C'est comme ça que je ressens l'acceptation de la mort chez Aniki.

Il n'a pas peur de la mort car il est déjà au stade le plus proche de la non existence.

En fait les actes irraisonnés d'Aniki ne sont pas une course vers la mort mais vers la vie.

Aniki se sent déjà mort au début du film

 

Dis-moi quand t'es pas d'accord!!!

Ca me frustre là !

J'ai l'impression qu'il y a plus d'échange

 

 

Guitou Reloaded:

Ce sont des choses auxquelles je n'avais pas pensé mais qui ne me semblent pas incongrues par rapport au film ...

 

 

Captain Snou-Snou:

En même temps je lai pas vu énormément ce film, mais je lé vu y a longtemps

j'ai eu le temps de prendre du recul.

 

 

Guitou Reloaded:

Je m'expliquais cette escalade de violence par la conformation à un code un choix de vie

la "voie " yakuza.

 

 

limou.jpg

 

 

Captain Snou-Snou:

Mais c'est quoi la voie yakusa aussi?

Au fond c'est un peu ce que j'étais en train d'expliquer

 

 

Guitou Reloaded:

Je voyais ça plutôt comme l'obéissance à un code (comme le bushido pour les samourais), des rituels ...

Mais dans le film on n'en parle pas comme si c'était  convenu

comme si tout le monde savait ce que ça voulait dire.

C'est une perception de fond je ne la connais pas en détail cette voie.

 

C'est inspiré par exemple quand tu vois la "cérémonie" d'union des clans au Japon.

ou le repas ou le mec s'étripe à la fin du film

 

 

Captain Snou-Snou:

Oui je vois.

C'est vrai, faut peut-être pas chercher plus loin

 

 

Guitou Reloaded:

MAIS

Avec tes propos, j'ai comme une "concrétisation" de ce que adhérer aux yakusas veut dire

Tout du moins le passé des adhérents

(Enfin Aniki dans le film reste devant un endroit et sa copine demande pourquoi, lui dit j'ai grand dans un endroit comme celui ci et elle de dire tu devais être pauvre)

 

mais j'avais pas à l'esprit qu ils pouvaient se sentir aussi mal

J'avais pas pensé à ça pour expliquer cette violence très "facile"

 

 

Captain Snou-Snou:

C'est ça qui rend le film poignant je trouve

et qui fait qu'il nous parle.

Sommes-nous plus vivant qu'Aniki?

A t-on raison de ne rien risquer?

 

 

Guitou Reloaded:

Qu'aurions nous fait à sa place en somme et dans ce cas comment nous serions nous placés par rapport à lui ?

 

 

Captain Snou-Snou:

Moi quand je vois ce film

 

 

Guitou Reloaded :

(La réponse est dans le film : tu crames la vie par les deux bouts et ça dure pas longtemps)

 

 

Captain Snou-Snou:

Vas-y.

 

 

Guitou Reloaded:

Non je t'en prie

 

 

Guitou Reloaded:

(mon blabla est entre parenthses)

 

 

Captain Snou-Snou:

lol

 

 

Captain Snou-Snou:

Ouais mais en même temps

à la fin du film

tu te dis que le frère d'Aniki est mort jeune c'est vrai,

mais tu te dis qu'en même temps, si il n'y avait pas eu son frère,

il serait peut être mort vieux mais toujours misérable

 

 

aniki___frere_2.jpg

 

 

Guitou Reloaded:

C'est vrai ...

L'autre a joué son rôle du coup.

 

 

Captain Snou-Snou:

Qui?

 

 

Guitou Reloaded:

Pardon : je voulais dire Aniki a joué son rôle de frère en l'élevant hors de sa condition de loubard

 

 

Captain Snou-Snou:

Ouais.

Mais c'est sur ce raisonnement je pense qu'il y a distinction entre les Américains et les trois Japonais.

 

 

Guitou Reloaded:

(Je pense que je vais attendre avant de revoir ce film ...

Pas forcément la peine de le revoir à la rigueur, juste le tps de le "mûrir".)

 

 

 

A suivre sur la page suivante !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nostalgic du cool 01/09/2007 19:15

Alors tout d'abord merci de ta reponse cela me fait très plaisir de pouvoir débattre de ce film avec quelqu'un qui connait aussi bien l'univers de Kitano.

Bon alors j'interviens pour eclaircir quelques points, en effet comme tu l'as bien fait remarquer je manque un peu de nuance quand j'évoque Shiraze et j'ai eu tendance à un peu trop facilement résumer le personnage, mais je dois avouer que je ne l'apprécie pas (le personnage bien sur et non l'acteur qui est très bon dans ce rôle). Son arrogance, sa désinvolture m'ont agacé, au départ il se la joue désabusé, yakuza qui a tout vu, tout connu, tout compris aux rouages des mafias. Bref il a le comportement typique du jeune premier prétetieux (personnage qu'on retrouve souvent dans les films de Yakuzas). C'est cela que je voulais mettre en exergue par contre à sa décharge j'admet qu'il est courageux, determiné et qu'il fait preuve d'un certain esprit de clan, puis tu le dis très justement il respecte Aniki (cependant je me demande encore pourquoi : est ce par crainte, par culpabilité par rapport à la mort de Kato?) Donc tu as eu tout à fait raison de réhabiliter ce pauvre Shiraze que j'avais un peu trop chargé.

Sur le ralliement de Shiraze au clan d'Aniki je n'ai pas l'impression qu'il le fait car c'est un homme de parole mais parce que comme tu le dis avec ton ami ce suicide a agi sur lui comme un "électrochoc". C'est évident que lorsqu'il tend le pistolet à Kato il ne pense pas qu'il va oser tirer et cet acte de dévotion à son clan marque profondément Shiraze. Le jeune arrogant reçoit une leçon d'humilité et de courage car on peut parier que dans la situation de Kato ce dernier d'apparence si désabusé n'aurait pas osé presser sur la détente. Alors certes Shiraze tient parole mais sans le traumatisme de ce suicide qui montre jusqu'ou ose aller les véritables yakuzas je ne pense pas qu'il aurait tenu sa promesse.

Ensuite sur la position d'Aniki et de Shiraze par rapport à la guerre avec les italiens je pense que j'ai encore un peu trop simplifié les choses. Je suppose que ce conflit était inéluctable ce qu'a pressenti Aniki, mais je voulais dire que Shiraze précipite la chute du clan et que ce dernier croit pouvoir lutter face à la mafia à la différence d'Aniki qui a bien compris qu'ils n'avaient aucune chance. Tu as tout a fait raison quand tu dis qu'Aniki ne s'oppose pas à la décision de faire la guerre aux italiens. Mais pour moi Aniki est dans une logique d'autodestruction (comme c'est le cas de la plupart des personnages de Kitano) il ne s'oppose pas car d'une façon ou d'une autre il sait qu'il doit mourir et je ne pense pas qu'il se lance dans la bataille pour choix mais plutôt par défi. Aniki n'a jamais eu un rôle de régulateur, d'arbitre, il sait que c'est suicidaire et qu'il pourrait peut être mieux négocié la chose mais pour lui cela n'a pas d'importance. Si Shiraze voit dans cette guerre la seule solution, je ne pense pas qu'Aniki envisage de gagner une seule seconde il voit simplement une façon d'aller vers la mort. Je considère son attitude comme une sorte de sucide volontaire, finalement pour moi tous ces actes ont été tendu vers un final tragique, j'ai eu la sensation que dés le début il ne vise pas la réussite, la richesse mais qu'il cherche la mort, qu'il joue avec elle en s'attaquant au plus fort. C'est pour ca, à mon avis, que quand Shiraze déclenche la guerre il ne dit rien mais sourit car il connait déja le denouement et même il l'attendait.

Enfin à propos de Terajima tu as raison dans Kids Return il ne meurt pas, pourtant il y joue un yakuza, mais je pense comme toi que dans les autres films il meurt toujours (j'en suis sur pour Violent Cop et quasi certain pour Sonatine et Hana-Bi, enfin pour getting Any je te crois car je ne l'ai pas vu encore puisque beaucoup me l'ont déconseillé). Par contre je ne peux le jurer pour Takeshis que je n'ai pas vu (pourtant ce n'est pas faute d'avoir essayer)

En tout cas je te remercie inifniment de m'avoir repondu tu m'as forcé à reconsidérer mes impressions, mes idées reçues et ainsi en confrontant nos perceptions tu m'a permis d'explorer un peu plus les richesses de ce chef d'oeuvre qu'est Brother, donc j'espère que tu ne seras pas d'accord pour poursuivre l'analyse ;) mais je crois que sur Kitano je serais prêt a disserter pendant des heures.

Startouffe 01/09/2007 17:27

Rien à redire! Si ce n'est...Encore une fois c'est un véritable plaisir de lire tes commentaires cher Nostalgic. Et comme tu dis, ce commentaire me fait d'autant plus plaisir que cet article n'avait suscité jusqu'alors aucune réaction alors que, comme tu le dis si justement, cet "Aniki mon frère" mériterait d'être mieux connu.

Pour ce qui est des remarques que tu formules, j'avoue n'avoir que très peu de choses à contester sur ton interprétation des choses. Ta perception de Shiraze semble en effet sonner juste. J'avoue n'avoir pas perçu les choses comme ça, mais ta démonstration m'a en grande partie convaincue et ça me donne envie de revoir le film, riche de ce nouveau regard que tu me proposes, et d'observer justement la nature de ce cher Shiraze.

Cependant, même si j'adhère à l'idée que Shiraze semble effectivement renvoyé à cette image du yakusa que Kitano a coutume de dénigré, je verrais peut-être un plus de nuance que toi dans la nature "prince de l'esbroufe" de Shiraze. Certes, il est ostentatoire dans son attitude, étant ainsi en contradiction avec la sobriété habituelle des yakusas, mais cependant il allie le geste à la parole : ce n'est pas qu'une grande gueule. La preuve, quand Kato se suicide pour que Shiraze rejoigne le clan, Shiraze tient parole et rejoint le clan. De même, tu constateras qu'il respectera avec beaucoup de rigueur sa vassalité avec Yamamoto/Aniki. Donc, Shiraze comme un yakusa sans respect des convenances tels que Kitano les méprise oui ; mais en tant que simple prince de l'esbroufe, j'aurais tendance à dire pas tant que ça. D'une certaine manière, Shiraze est peut-être un personnage qui fait la transition entre les deux vrais yakusas (Yamamoto/Aniki et Kato) et les mafieux occidentaux.

De même, je nuancerais également la position de Yamamoto/Aniki et de Shiraze par rapport aux Italiens. Certes, Shiraze est le premier à voulir aller au conflit avec les Italiens, mais je n'ai pas souvenir que Yamamoto s'y oppose. Bien au contraire, je crois que lui aussi considère la guerre comme inéluctable. La seule différence résiderait sûrement dans le fait que Yamamoto, bien que sachant cette guerre sans issue heureuse pour son clan, se décide quand même à la mener parce que de toute façon il n'a pas le choix. Il y a comme cette idée que sa réussite ne repose que sur le quitte ou double, que l'avilissement à la mafia n'est pas envisageable, comme si c'était le début de la fin. Il y a un peu cette idée que de toute façon, cela devait arriver, ils le savaient qu'un jour ou l'autre ils devraient mourir de leur style de vie, et que c'est le moment, alors il faut l'accepter. ---> Je te laisse réagir si tu ne vois pas ce que je veux dire ou si tu n'es pas d'accord ;))

Pour ce qui est maintenant du rapport entre Yamamoto et son frère, je crois par contre que je vais être beaucoup plus rapide car je n'ai pas d'objection à ta remarque. J'avoue que ça me paraît limpide maintenant que tu me le dis. Comme quoi on ne cesse jamais de redécouvrir des films aussi riches que cet "Aniki mon frère".

Enfin - dernière réponse à l'une de tes remarques - tu t'interrogeais sur cette remarque que j'avais faite au début de cette conversation avec Guitou, comme quoi Susumu Terajima mourrait dans tous les films de Kitano dans lesquels il apparaissait. Alors, à ce sujet, il faut que tu remettes les propos dans leur contexte : j'ai écrit ça comme ça au fil de la conversation car j'avais remarqué qu'à chaque fois le pauvre Susumu voyait son apparition à l'écran réduite assez brutalement et que ça m'amusait. Quand j'ai parlé de cet acteur avec Guitou, je n'ai pas pu m'empêcher sur l'instant de lui notifier cette constatation, mais bien sûr je n'avais pas pris le temps de vérifier... Donc sache qu'en fait l'info est un peu erronée car en fait - et après réflexion - il semblerait bien que Susumu survive dans deux films et non un seul : "A Scene at the sea" donc, tu as bien raison là-dessus, et "Kids Return" me semble-t-il. Je me demande même d'ailleurs si, depuis le temps, on ne peut pas rajouter 'Takeshis" à cette liste...

Voila donc Nostalgic, et merci encore de tes participations si intéressantes...

Nostalgic du cool 30/08/2007 16:03

En errant sur ton blog je suis tombé sur cette très interessante conversation à propos de l'excellent Aniki mon frère du génial Kitano, qui est comme tu l'as peut être constaté sur mon blog mon réalisateur asiatique favori.
Desolé de réaborder un débat qui s'est deroulé il y a si longtemps, j'ai d'ailleurs beaucoup apprécier votre reflexion autour de la mort mais je n'ai pas eu la même interprétation que vous par rapport à certaines attitudes de personnage.
Par exemple pour Shiraze vous le mettez sur le même plan qu'Aniki (Kitano) et Kato (Terajima) en ce sens que comme eux il ne craint pas la mort et qu'il est de la vieille école des yakuzas. Pour moi Shiraze est le genre de type que Kitano denonce dans ces films (un peu comme le jeune dans kids return) le genre de yakuza d'une nouvelle génération, frimeur et sûr de lui qui ne respecte rien (car mine de rien la mafia japonaise est très codifiée) alors que les deux autres bien que violents et nerveux respectent tout de même certaines valeurs. Certes il n'a pas peur de la mort mais son attitude est bien différente de Kato et Aniki tandis que celui ci le clame haut et fort les deux derniers ne se vantent jamais de ne pas craindre de mourir car ce n'est pas tellement un choix mais plutôt l'acceptation une règle des yakuzas (la je suis d'accord avec la différenciation que vous opérez entre mentalité japonaise et occidentales). D'ailleurs c'est Shiraze qui conduit le clan à sa perte en attaquant frontalement les italiens alors que Aniki même s'il n'est pas américain comme Shiraze (qui vit aux USA) n'est pas dupe et a compris que ce combat sera celui de trop. Pour moi il veut se la jouer gros dur comme Aniki mais s'il a l'envellope du Yakuza il n'a pas la "profondeur" du yakuza il n'a pas assimilé les règles, il croit pouvoir gagner face aux italiens à la différence d'Aniki qui voit vite qu'ils sont allé trop loin.
Ensuite autre désaccord sur le rapport entre Aniki et son jeune frère (interpreté par Claude Maki). D'ailleurs il faut faire une précision, indispensable je pense, sur le mot Aniki, ce n'est pas un prénom comme on pourrait le croire mais un nom signifiant frère (ainsi le titre français signifie frère mon frère ce qui montre l'extraordinaire efficacité de certains distributeurs). ce mot rencontre une double qualification c'est d'abord le frère au sens premier du sens mais c'est aussi la façon des yakuzas de nommer un supérieur qui leur est proche voila pourquoi tous l'appelle Aniki, l'un parce que c'est son frère "génétique" d'autre parce que c'est lui le chef, le mentor. Donc encore à mon avis Le rapport entre Aniki et son frère est plus que froid, il n'est pas venu le sauver l'élèver dans sa condition, il est plutôt venu la pour finir sa vie. Il n'est pas particulièrement attaché à lui, à la différence de Dennis (Omar Epps excellent dans ce film) Aniki ce sent plus proche de Dennis à qui il correspond beaucoup, c'est avec lui qu'on voit un Aniki souriant, déconneur. C'est comme une inversion des liens au final Omar Epps est un frère au sens premier du terme pour Aniki alors que son véritable frère n'est qu'un de ses hommes de main, cela montre la force des liens entre yakuzas qui forment d'ailleurs selon leur appelation des "familles", les liens du clan peuvent surpasser les liens du sang. Cela explique selon moi pourquoi Maki meurt et pas Epps car Aniki a fait son choix, il décide de sauver celui qu'il considère véritablement comme son frère celui qu'il "aime c'est à dire Dennis. Ce choix donne une intensité incroyable à la fin et Aniki y révèle une humanité insoupçonnée, encore un tour de force à la Kitano.
Voila en esperant une reponse, je te félicite pour cet article explorant ce film trop méconnu à mon goût, je suis content de rencontrer quelqu'un connaissant aussi bien ce réalisateur majeur. Petite question tu dis qu'il n'y a qu'un film ou Terajima (acteur que j'adore) ne meurt pas c'est dans A Scene At The Sea je crois non?

Présentation

  • : Le blog de l'homme-grenouille
  • Le blog de l'homme-grenouille
  • : Exilé d'Allociné mais la motivation reste intacte ! Par ce blog j'entends simplement faire valoir notre droit à la libre-expression. Or, en terme d'expression, celle qui est la plus légitime est celle des passions. Moi, je suis passionné de cinéma, et je vous propose ici mon modeste point de vue sur le septième art, en toute modestie et sincérité, loin de la "bien-pensance" mondaine. Puisque ce blog se veut libre, alors lisez librement et commentez librement. Ce blog est à vous...
  • Contact

Recherche